Moretti

altan

Voici ici la présentation de l’Espresso

"Seulement deux cadrages. Ce sont ceux-là que Nanni Moretti s'accorde dans le formidable "Santiago, Italie". Dans le premier, au début, il se trouve derrière la ville entourée par les Andes (voir la photo). C'est un geste d'inscription. Comme dire: cette ville, ces histoires, m'appartiennent, elles nous appartiennent et nous concernent tous. Même ici, même aujourd'hui. Peut-être surtout aujourd'hui. La deuxième fois, Nanni apparaît pour dire à un soldat qui proteste innocemment: "Je ne suis pas impartial". Le reste est occupé par les souvenirs des Chiliens qui ont trouvé en 1973 un moyen de sortir du coup d'État dans notre ambassade au Chili et des responsables qui les ont aidés, parfois même en Italie.

Presque tout est confié à la voix vivante, jamais expression n’a été plus convenable, de témoins, hommes et femmes de toutes sortes. Elle est, de leur point de vue, unique et irremplaçable, pour tout reconstruire. Le climat politique, le siège économique, l'hostilité des médias entre les mains de la droite, le rôle des États-Unis, les responsabilités collectives et individuelles ("Nous n'avons exécuté que les ordres", a déclaré l'un des deux militaires interrogés).

moretti santiago

Plus d'un est émouvant, jamais quand vous vous y attendez. Et ils finissent toujours par évoquer une Italie à des années-lumière de celle d’aujourd’hui où nous semblons résignés. Donc, ce voyage commencé il y a longtemps, dans le temps et dans l'espace, nous ramène à l'ici et maintenant. Avec le pouvoir de l'épopée collective caché dans tous ces visages. Et l'urgence qui transmet parfois notre image au miroir.

Fabio Ferzetti."

 

 Je peux ajouter ces quelques mots : "Ce sont de belles histoires, souvent incroyables, pleines de dignité et de nostalgie paradoxale, mais pas sans implications drôles ou absurdes, même s’il s’agit d’histoires de torture. Peu, le strict indispensable, images d'archives. Il y a bien sûr Allende, même avec Neruda. Y a-t-il son dernier discours avant de mourir à la Moneda (tué ou suicidé? tout le monde a ses théories) ? Pinochet apparaît quelques secondes dans des images télévisées très perturbées."

 

J'en profite pour caser un dessin d'altan toujours là lui aussi mais je ne sais à quoi il fait référence : Il  a un cafard dans la soupe ! / Et vous le croyez !

René Merle m'indique cette interprétation qui me semble juste : un homme bien installé à un cafard dans la soupe, autant dire une merde sous les yeux, et le serveur se moquant de la myopie classique de cet homme de pouvoir, demande s'il y croit...