AG gilets jaunes

Encore un moment émouvant de la vie des Gilet Jaunes du TetG : leur assemblée générale d’hier soir. En un lieu improbable, avec des moyens improbables, et un délai minime 300 gilets jaunes se sont rassemblés pour faire le point sur la situation départementale. Certains vont penser que mon compte-rendu risque de faciliter la tâche des RG (le nom a changé) mais je connais un peu cette institution, et je sais qu’elle est assez grande pour faire elle-même et sérieusement son travail d’observation. Ne l’oublions jamais l’Etat a des moyens considérables pour se tenir au courant même si ensuite il désinforme !

Donc je retiens de cette AG les observations suivantes.

Une Toulousaine a fait part de leur expérience sans taire les difficultés. Elle a évoqué les équipes d’actions, d’informations et le désir d'organiser la lutte. Sur le RIC un membre de l’assistance l’a coupé pour rappeler d’une phrase un élément fondamental : en soi le RIC n’est rien mais tout est dans les conditions du RIC. J'ajoute : en soi la démocratie n’est rien mais tout est dans les conditions de la démocratie. Le RIC peut justement modifier les conditions de la démocratie (c’est le but) mais en lui-même il ne peut rien. N’oublions pas que la France est le premier pays à avoir inventé un appel au peuple avec suffrage universel masculin pour un référendum devenu plébiscite en 1851.

Le mérite de l’AG a tenu à son animateur qui a su distribuer la parole, à la brièveté des intervenants tous différents mais tous sincères, au public nombreux et respectueux des opinions émises.

L’intervenant de Caussade a su dire la tristesse causée par la destruction de leur cabane mais Caussade était présent et il reste à voir comment continuer, comment ne pas se laisser abattre.

Interdiction aussi faite aux gilets jaunes d’occuper les ronds-points à Castelsarrasin, et à Valence d’Agen. Il faudrait dédier un monument symbolique aux GJ qui ont tenu les ronds-points.

Un motard est venu redire que seules les actions pacifistes peuvent nous faire gagner. Il a obtenu un appui général mais plusieurs pensent que ce sont les affrontements parisiens qui ont imposé les reculs au gouvernement. La question mérite discussion (j'ai été totalement d'accord avec le motard) mais notons en passant que n’a pas été célébré le fait d’avoir fait reculer Macron et les reculs sont plus nombreux qu’on ne pense même s’ils sont insuffisants ! (les GJ viennent de permettre une augmlentratin de salaire de la police !)

Un autre intervenant qui est là mais qui, dit-il, n’a pas le temps de participer aux actions, suggère de remplacer la catalogue de ce que l’on veut, par celui de ce que l’on ne veut pas.

Un autre intervenant individuel vient expliquer que l’adversaire n’est pas Macron qui est une marionnette interchangeable mais le système lui-même. Bloquer les camions ce n’est pas bloquer les chauffeurs qui n’y perdent rien, mais c’est bloquer les marchandises donc c’est bloquer le système. Là une personne du public répond que le chauffeur n’est pas payé le temps du blocage. La Toulousaine a dû trouver que les GJ du 82 étaient plus respectueux des idées émises que ceux de Toulouse. Comme elle l’a indiqué il ne suffit pas d’organiser une AG mais encore faut-il bien la préparer. Bravo aux Montalbanais qui ont su assumer cette tâche. Il y avait une boîte à idées, je n’ai rien mis mais j’aurai pu écrire bravo à la préparation. Deux actions sont prévues : une nouvelle marche samedi prochain mais avec une meilleure organisation, un meilleur parcours, et une autre AG dimanche après-midi mais le lieu prévu, Place Lalaque semble occupé avec un marché de noël donc les organisateurs cherchent un autre lieu abrité.

A la fin de la réu les gilets jaunes se sont inscrits pour rejoindre les diverses équipes (team dit-on en anglais) qui vont poursuivre la lutte. A suivre J-P Damaggio