COMPERES_POLAIRES

Voici un autre document sur les liens entre Caradec et Noël Arnaud.

Une façon de suivre les méandres de l’humour qui leur était propre, et celui de Noël Arnaud était incomparable. Une philosophie de la vie qu’il savait rendre en minant les grands personnages dont il aimait se moquer. Je pense qu’il a raté une carrière d’acteur savant.

Ce texte me rappelle une époque où il était toujours temps de « se fendre la pêche » une expression qui daterait de 1938 et qui m'est venu en lisant le texte. C’était à l’Ecole normale et je me demande s’il y a un âge pour l’humour, ou un effet de groupe ou les deux. Comme pour la poésie : la jeunesse est toujours poète. Pour cause de naïveté ?

Passer cette spontanéité et faire de l’humour, de l’ironie, une hygiène de vie est-ce lié à la consommation d’alcool ? Roland Garrigues a témoigné d’une rencontre de hasard avec Noël Arnaud dans le cadre du restaurant Le Mercure où il fêtait au Champagne la sortie de sa femme de l’hôpital. Un humour, une ironie, qui me renvoie vers Vazquez Montalban.

Mais bon lisons ces trois pages et sourions un peu en ces temps difficiles. JPD