LES_MINIERES_DE_Penne_Puycelsi_et_les_forges_de_Bruniquel

granier

Mes archives sont globalement rangées, juste assez pour que j’y retrouve de l’inattendu ! Donc aujourd’hui, sans le chercher, je tombe sur cet article de Raymond Granier sur les minières de Penne, Puycelsi, et les forges de Bruniquel (voir lien).

Sans le savoir Raymond Granier a changé ma vie. Nous sommes en 1979 et j’ai eu le plaisir de le rencontrer. Parmi les infos qu’il a bien voulu me donner, il m’a poussé vers les forges de Bruniquel. J’habitais à une dizaine de kilomètres et je ne savais rien de ce lieu phénoménal.

Il venait juste de publier un article sur le sujet dans la Revue du Tarn. J’ai la douleur de constater qu’un de ses rêves ne s’est pas réalisé :

«Ce n'est que le résumé pour l'essentiel d'un historique assez complet, dont vous avez la primeur, en attendant une problématique publication.»

Une publication qui n’a jamais vu le jour ! Le manuscrit existe-t-il quelque part ?

Hors ce fut une des surprises de ma vie : lorsque j’ai pu publier une brochure sur la question j’ai constaté que le sujet passionnait beaucoup de monde ! Il existe un grand écart entre ce que les historiens locaux publient et ce que les citoyens ordinaires attendent. Et Bruniquel est un bel exemple : entre les travaux concernant le château et ceux concernant une forge, le choix est vite fait !

 J’ai rendu hommage à Raymond Granier chaque fois que je l’ai pu, j’en ai été remercié quelques fois, en particulier par ceux qui veulent donner vie à son célèbre bus, et cette publication de son article veut contribuer à cet effort. Il est à l’image du personnage : mêlant des recherches biographiques, des souvenirs, et une enquête poussée. J’ai complété ce travail à partir du dossier des Archives départementales qu’il donne en référence 216 S 1 mais je reste sur ma faim.

 Je me mets à rêver que le Conseil départemental qui veut à Bruniquel construire un lieu rendant hommage à la préhistoire, s’empare des vestiges de la forge. J-P Damaggio