Pour une fois une réunion des gilets jaunes a été annoncée à l’avance. Dès lundi, nous savions qu’elle aurait lieu le dimanche suivant à 15 h, Place Lalaque, à Montauban. Puis subitement une réunion a été fixée à 20 h Rond-point d’Aussonne pour le mardi. A la fin de cette réunion, celle de dimanche a été évoquée à partir d’un problème : le lieu était impossible, il y avait un marché de Noël ! Et il semblait difficile d’en trouver un autre. Quelqu’un a lancé, Castelsarrasin, mais le « délégué » de Castelsarrasin a dit, « impossible, dès qu’on fait une réunion à deux la police s’active ». Or la halle de Castelsarrasin était le lieu idéal. Cheucheu a précisé qu’à la demande de certains, il était bien de sortir un peu du rond-point d’Aussonne, observation juste, d’autant que j’avais appris à un moment qu’il y a eu des blocages sur un autre rond-point de la ville presque totalement absent sur facebook et dans la presse qui serza également très discrète sur le actions à Montech par exemple.

Hier après la manifestation, je découvre avec d’autres, sur Facebook, que cette réunion n’aura pas lieu ! Pourquoi ?

Il existe deux facebook sur Montauban qui semblent s’opposer. Celui du blocage national 82 en colère (3000 membres) et celui des gilets jaunes du 82 unifiés (1100 membres). Ce dernier moins important est né de la disparition d’un groupe ayant au départ joué un grand rôle, sous le nom de gilets jaunes du Tarn-et-Garonne.

Les oppositions recoupaient au départ des différences dans l’action : d’un côté les mobilisés se voulant les plus déterminés et de l’autre ceux qui pensaient à des actions moins dures. Une opposition que nous découvrirons nationalement entre les gilets jaunes libres et les autres.

En fait en ce même dimanche les gilets jaunes du Tarn ont décidé de faire ce qui n’a pas pu être réalisé en Tarn-et-Garonne, une grande assemblée citoyenne qui se tient à Carmaux. JPD

Avec La Dépêche voici quel était la situation au 18 décembre dans ce département  :

Lescure-d'Albigeois : (Rond-point de L'Hermet) : Hier, tôt dans la matinée, les forces de l'ordre sont intervenues pour que l'ensemble des cabanes et palettes qui étaient installées sur le Rond-point de L'Hermet soient entièrement démontées et détruites. Ce fut le cas sans heurt. En fin de matinée, il ne restait plus rien du camp de fortune des Gilets jaunes sur cet axe de RN88 qui accueille chaque jour 26 000 véhicules. Mais dès le début de l'après-midi, une trentaine de manifestants avaient de nouveau repris place sur les bordures du rond-point, mais sans barrage filtrant.

Bout-du-Pont-de-Larn : hier matin également, les cabanes des Gilets jaunes du rond-point situé au Bout-du-Pont-de-L'Arn à la sortie de Mazamet ont été enlevées. Vers 6 heures, les gendarmes en présence du sous-préfet de Castres ont constaté que ces abris de fortune posés sur le côté étaient inoccupés. Une société privée a été mandatée pour procéder au démontage et à l'évacuation de cette installation. Un peu plus tard, une quinzaine de personnes du groupe «GJ» local est arrivée sur place et a repris sa position.

Marssac : (au rond-point Lamartine). Sur le site de Lamartine, les Gilets jaunes ont déplacé leur cabane sur un terrain privé jouxtant le rond-point. Certains ont rejoint le rond point de Gaillac.

 Pas d'intervention sur les autres ronds-points

Albi (Rond-point de la VOA). Sur ce rond-point de la route de Millau, là, rien n'a bougé. Les baraques en bois, les tentes et les pneus sur la route pour ralentir les véhicules, étaient toujours visibles hier soir, même si là aussi, il n'y a pas de barrages filtrants.

Gaillac : aux échangeurs de l'autoroute A68, au rond-point à proximité du centre commercial Leclerc RD988/968.

Puygouzon : au rond-point de Garban (Conforama)

Réalmont : au rond-point de la Pierre Plantée

Graulhet : au rond-point Rhin Danube (centre commercial Leclerc), carrefour RD964/RD631

Lavaur : au rond-point devant la mairie

Pampelonne : au rond-point de la Croix de Mille

Castres : au rond-point d'Auchan. À noter que les Gilets jaunes habituellement en place au rond-point de Puech Auriol ont décidé, par eux-mêmes, de lever le camp.