Philippot en vieux briscard de la politique vient de déposer la marque « gilets jaunes » pour une liste Patriotes-Gilets jaunes aux Européennes (pour le moment les sondages lui donnent 1%). Alexandre Jardin veut s’allier à Barnaba pour une liste gilets jaunes. Elle s’ajoute à la liste Francis Lalanne, Thierry Paul Valette (les sondages ne donnent plus que 8% à une telle liste). Le PCF de son côté annonce qu’il souhaite des gilets jaunes sur sa liste. Fabien Roussel nouveau secrétaire national du PCF a déclaré : « La colère, si elle est seule, elle ne produit rien de bon. Nous voulons donner aussi l’espoir et montrer qu’il y a d’autres choix à faire ». Il a précisé qu’il souhaitait une « liste ouverte » à des « Gilets jaunes, des blouses blanches, des robes noires, des cols bleus », soutenue par le Parti communiste « et peut-être d’autres ». Localement le journal Les Nouvelles vient de rendre compte d’une rencontre, à leur demande, avec des gilets jaunes. Venant de Lavilledieu, Montauban, Castelsarrasin et Caussade la rencontre s’est bien passée. Rodolphe Portolès présente « un seul bémol, la volonté affichée de certains Gilets Jaunes, de rester apolitiques, en dehors des partis et des syndicats, ce qui reste une posture difficile à admettre pour nous qui luttons depuis tant d’années, pour de meilleurs solidarités dans notre pays. »

Juste dessous, Serge Regourd conseiller régional avec le PCF termine un article en lien avec ce qu’il dit depuis le début : « Que les partis et syndicats qui s’en réclament [du socialisme] aient trop longtemps hésité sur l’authenticité de ce soulèvement social pourrait marquer un grave rendez-vous manqué… Bravo à ceux qui, à l’inverse, ont aussitôt perçu l’essentiel ».

Sur une autre page du journal un article d’André Greder rend compte de la manif gilets jaunes et Guy Jamme de la manif des syndicats du 14 décembre. Sur l’un on a un nombre de manifestants (1500 à 2000) mais pas sur l’autre.

 La force des gilets jaunes tient au rassemblement des colères qui pour le moment ont permis les premiers reculs de Macron. Que les partis politiques conduisent leur action c'est bien, mais en sachant qu’à diviser ce rassemblement, ils le conduisent dans le mur. Et c’est vrai, dans la diversité des gilets jaunes, il s’en trouvera toujours pour aller dans ce sens. J-P Damaggio