Je découvre aujourd’hui deux articles sur la suite des efforts de structuration à Toulouse. Le site révolution permanente indique : «Près de 200 personnes se sont réunies cette après-midi sur le parking de Sesquières pour la troisième Assemblée Générale des Gilets Jaunes du "Grand Toulouse". Après un acte VIII particulièrement réussi dans la ville rose, il s’agissait sans doute du rendez-vous le plus important pour organiser la suite de la mobilisation en ce début d’année 2019. La détermination et la colère, loin d’avoir faibli ces vacances, semblent être toujours au rendez-vous, bien que les effectifs de l’Assemblée Générale soient significativement inférieurs à ceux de l’AG précédente. Une baisse numérique qui s’explique en partie par la température de cette journée, mais aussi parce que certains gilets jaunes avaient trouvé l’assemblée générale précédente mal organisée.»

 Ce premier élément me semble important car nous avions eue une personne de Toulouse qui dans une réunion à Montauban avait fait le même constat : il ne suffit pas d’organiser une AG faut-il encore bien la préparer. Que sur Toulouse on soit passé de 1000 puis 400 et à présent 200 participants alors que la mobilisation est plus forte démontre la difficulté connue de la structuration. Quand on est 200 peut-on prendre des décisions représentatives ?

 Premier décision : bloquer l’économie

Actions de blocage, le 13 janvier en empêchant le trafic routier des camions au niveau régional et national. Le mode d'action précis n'est pas encore connu.

 Deuxième décision : rassemblement devant la Bourse du Travail

Jeudi 10 janvier, un rassemblement est appelé à 18h30 devant la Bourse du Travail, à Toulouse mais également dans d’autres villes (Nîmes, Bordeaux, Narbonne, Marseille, Lyon, Grenoble au moins pour l’instant), pour interpeller les directions des syndicats et construire tous ensemble une grève générale interprofessionnelle et reconductible pour en finir avec Macron. Un appel a été voté, issu d’un groupe de travail de la commission action pour être lu le jour J, et pour être relayé le plus largement.

Structuration du mouvement

Sur France 3 on a cet élément en plus : « Les "gilets jaunes" poursuivent leurs efforts pour se structurer. Il a été décidé, ce dimanche, qu'un ou plusieurs représentants du mouvement, à Toulouse, allaient participer à une assemblée générale nationale avec des participants issus de toutes les régions. La date de cette rencontre n'est pas encore fixée [en lien avec Commercy].

 Toujours dans leur recherche de structuration, une "plateforme participative des gilets jaunes de Toulouse" va être expérimentée. Des sondages y sont postés pour y voir plus clair sur les revendications et les délibérations à mettre à l'ordre du jour.

De cette manière, ceux qui ne participent pas aux assemblées générales disposeraient malgré tout d'un pouvoir de décision. Les "gilets jaunes" devront décider s'ils conservent ce site d'ici deux semaines.

Certains représentants du mouvement ont proposé, par ailleurs, de lancer le hashtag #17h11. L'objectif : l'alimenter avec de petites actions menées tous les jours à 17h11 (comme son nom l'indique) pour "donner une meilleure image du mouvement dans les médias".

Commentaire : Je doute totalement de l'appel classique à une grève générale (ça donne une tonalité des personnes présentes à l'AG) car la CGT a déjà tenté mollement cette opération mais sans succès. La CGT 82 a même été en pointe, mais allez sur son site ou facebook et les gilets jaunes n'existent pas ! 

Quant à la plateforme elle est indispensable pour sortir de l'univers facebook qui a eu ses mérites mais qui parcellise l'action. J-P Damaggio