huelga 2

A évoquer une grève j’aime bien en savoir le résultat.

Et les résultats sont à la hauteur de la lutte.

J’apprends donc que pour l’essentiel la grève est finie, les ouvriers ayant obtenu satisfaction.

Quand je découvre que c’est le responsable syndical Juan Villafuerte Morales qui occupe les colonnes de la presse qu’il a acheté, pour afficher ce succès, je me méfie. D’autant qu’il n’est rien dit des résultats de la grève.

Les patrons avait fait preuve d’intelligence : ils augmentèrent les salaires suivant les obligations décidées par le nouveau président mais en même temps, ils supprimèrent diverses primes ce qui fait que l’augmentation a été minime.

Et cette augmentation est le résultat du nouvel accord de libre-échange qui a demandé un salaire de 16 dollars de l’heure pour éviter la concurrence avec les ouvriers des USA ! Or pour le moment 16 dollars c’est le salaire de deux jours !

Le gouvernement d’AMLO soutient-il les grévistes ? Alfredo Domínguez le sous-secrétaire d’Etat au travail a déclaré : « Nous considérons que la grève n’est bénéfique pour personne. La grève doit donc s’arrêter.»

 

Sauf que c’est vrai, début février l’énorme majorité des entreprises a repris le travail après que toutes les revendications ont été satisfaites. Il reste quatre usines en grève sur quarante.

 

Mais la grève gagne d’autres secteurs avec 17 nouvelles usines en grève dont une de Coca Cola.

Je suis allé voir du côté de facebook. Et je suis tombé aussitôt sur un site qui apporte des informations sur les usines toujours en grève, et sur les secteurs où des ouvriers tentent la construction d’un syndicalisme authentique. Pour la grande majorité Juan Villafuerte Morales est un millionnaire, membre de la mafia et bien peu soucieux des ouvriers qu’il est sensé défendre.

Susana Prieto Terrazas reste l’héroïne majeure de ce pays qui chance.

J-P Damaggio