Moissac RIC

Je suis allé un peu à reculons à cette réunion car le sujet n’est pas ma tasse de thé. Mais j’ai fait un effort car les Gilets jaunes de Moissac sont absents des médias locaux et pourtant si actifs. Ils ne sont pas proche d’une entrée d’autoroute donc le rond-point où ils étaient présents, était moins stratégique. Je voulais savoir aussi si la forte présence du FN pesait sur le groupe. En fait ce fut une bonne réunion car la tribune a su être claire et brève pour laisser la parole à la salle où je n’imaginais pas qu’aussitôt des bras se lèveraient un peu dans chaque coin.

Le RIC et le social

N’est-il pas plus juste de mettre en avant les questions sociales par rapport au sujet du RIC. C’est que dans l’esprit de certains le RIC est justement la solution à tout par s’il était adopté les élus seraient sous contrôle populaire étant entendu que le référendum deviendrait exécutif.

Concrètement le RIC

Les quatre demandes, référendum législatif, abrogatif, constituant et révocatoire n’ont pas la même ampleur. Il est plus facile de demander l’abrogation d’une loi que la rédaction d’une loi. Et si une loi est proposée doit-elle être soumise au Conseil constitutionnel pour vérification ?

A la tribune, une personne donne un exemple concret : un référendum pour demander l’augmentation du SMIC. Il faudrait d’abord que disons 500 000 personnes se mettent d’accord, qu’une institution spéciale vérifie le texte proposé, la validité des signatures, que le débat soit lancé avec des impératifs pour la télé puis que les gens votent. Et là, surprise, il annonce qu’un tel référendum serait impossible puisque ça touche le budget et que le budget est sous contrôle de Bruxelles.

Et la question de l’Europe

Il a été indiqué que l’Espagne, après le Portugal a voté cette augmentation du SMIC. Il a été répondu que les orientations annuelles de Bruxelles permettent à l’Espagne cette augmentation vu son niveau faible mais ne le permettent pas à la France. Alors l’Europe, y rester pour la changer ou en sortir ? Un pays comme la France peut-il peser si le peuple le décide où ne le peut-il pas ?

L’information

La question a été posée quant à l’information. Pour voter pour le maintien ou la suppression d’un médicament encore faut-il être informé ! Et le cas de l’Espagne et du SMIC est un bon exemple : les médias annoncent l’augmentation du SMIC en oubliant de dire que c’est dans le cadre du budget, et le budget n’ayant pas été voté, l’augmentation a été abandonnée ! Il y a d’un côté l’information et de l’autre la manière de recevoir l’information. Le citoyen entend plus facilement ce qui l’arrange. A mes yeux c’est le point crucial surtout quand beaucoup pensent que facebook est un bon antidote à l’information « officielle ».

La compétence

Car pour être compétent encore faut-il être informé ! Pour certains, n’importe qui tiré au sort peut être compétent et pour d’autres, s’il s’agit de rédiger une loi, on ne peut le faire qu’en lien avec des élus, ce qui n’exclut pas le référendum qui peut ou non valider la loi.

Là, un participant qui était à Nantes auparavant a indiqué que pour le dossier Notre Dame des Landes des citoyens ont réussi à démonter le dossier point par point. A ce sujet, observons que le gouvernement a décidé d’un référendum, que le OUI l’a emporté mais qu’il n’a pas été mis à exécution. Certains disent que ce n’était pas la bonne aire du vote… Est-ce que l’homme sait qu’à Moissac il y a la question de la LGV ?

Pas plus que le RIC, le tirage au sort n’est le remède miracle. Avec le tirage au sort les personnes ne seraient pas sous la pression des lobbies mais les lobbies sont plus présents sur les médias que sur les personnes. 

La complexité

C’est vrai la tribune a été claire mais technique et quatre référendums d’un coup ça complique. D’où la proposition de quelqu’un : commencer par des référendums communaux au départementaux. Là aussi bonne réaction car sur ce point il n’y a pas besoin de modifier la constitution suivant le type de question. Je m’étonne que personnes n’évoque le cas de la Région puisqu’en 2010 les Verts ont introduit le RIC dans le règlement, sans jamais la moindre suite ! Parce que le RIC peut très bien être une coquille vide, et cet exemple en est la preuve ! Une coquille vide où un instrument pour se donner bonne conscience ! D’ailleurs à Moissac aucun des Verts pourtant très présents dans la ville n’est venu rappeler cette «réalisation».

A la lumière de ce débat très réussi il serait utile d’analyser la proposition de RIC de LFI et d’autres. Où en est la proposition du PS de référendum partagé (celui légal aujourd’hui) sur l’ISF ? J-P Damaggio

P.S. Radio d'Oc apporte sa contribution