Montauban contre les antisémites

Je n’étais pas à la manif de Montauban contre l’antisémitisme car je tenais aller à la réunion gilets jaunes à Moissac.

La Dépêche a dit 400 personnes et elle aurait dit 200 personnes pour la même manif gilets jaunes même si elle n’a pas trop cherché à les minimiser (au de la photo d'ensemble).

D’un côté un battage monstre en faveur d’une manif, et de l’autre un battage monstre contre les gilets jaunes.

Ai-je l’intention de minimiser la question de l’antisémitisme ? Mon grand-père pendant la guerre a sauvé une famille juive qui lui en a été toujours reconnaissante, et j’en suis fier (même si l’antisémitisme d’aujourd’hui est différent de celui d’hier, voir article suivant). J’ai contribué à la dénonciation du passé de René Bousquet.

Je tiens seulement à montrer deux traitements qui alimentent… l’antisémitisme, qui sont contre-productifs et qui m’inquiètent autant que les antisémites !

Avez-vous eu droit au nombre de participants à la manif de Paris, selon la police ? Avez-vous eu droit au nombre total de manifestants en France ? Ridiculiser pendant trois mois des gens qui manifestent toutes les semaines et célébrer ceux qui sont là juste un soir c'est encore une opération des médias qui ne peut que susciter le rejet.

Micron au dîner du CRIF, je trouve ça indigne. Pour y apprendre qu’après l’âge des actes forts on va passer à l’âge des actes tranchants ? Un président qui s’adresse à une tendance d’une communauté religieuse ! Car le CRIF ne représente qu’une partie des juifs de France. Même Chirac n'avait pas osé célébrer un tel dîner en bonne compag,ie !

La haine de certains contre Alain Finkielkraut est indigne parce qu’il est un intellectuel du système et qu’on prend comme prétexte qu’il est juif. On ne peut combattre le système par la haine.

Et les gilets jaunes dans tout ça ? Pour les grands médias, ils sont coupables de tout, du racisme, de la mort des commerçants, de la violence,... un peu comme pour certains gilets jaunes les juifs sont coupables de tout. Des gilets jaunes peuvent reprendre des actes qu’ils contestent. Contre la violence du pouvoir, leur violence. Une telle stratégie est un piège du pouvoir sauf que le pouvoir ne se rend même plus compte qu’à force de faire tomber des hommes et des femmes dans des pièges il va se brûler les ailes. Le battage contre l’antisémitisme, qui vise surtout à interdire toute réflexion, va revenir à la figure du pouvoir au lieu de calmer les esprits. J-P Damaggio