C’est le 21 mars 1841 qu’en France est adopté la loi relative au travail des enfants employés dans les manufactures, usines ou ateliers, donnant un âge minimum (8 ans si plus de 20 employés) et limitant le travail de nuit et le dimanche.

Il faudra attendre quatre ans avant qu’un corps d’inspecteurs puisse vérifier l’application de la loi. Si les inspections ont dû être de peu d’effets sur le travail des enfants il en reste pas moins qu’elles donnent un aperçu du monde industriel de l’époque en prenant en exemple ces trois communes.

 

Usine

Type

Emploi

masculin

Emploi

féminin

Enfants 12-16 ans garçons

Enfants 12-16 ans filles

Moissac

Minotier Arnal

12

6

3

1

 

Minotier Capgras

14

7

3

1

 

Minotier Castex

12

5

2

1

 

Minotier Delbert

12

6

2

1

 

Dupuy Appretage plumes à écrire

18

8

6

4

 

JaubertAppretage plumes à écrire

10

2

2

1

Valence

BlanzacAppretage plumes à écrire

4

3

2

1

 

Balade Appretage plumes à écrire

2

2

2

 

Auvillar

FaïencesDucros

15

18

8

1

 

FaïencesCastex

8

10

3

1

 

FaïencesVerdun

7

3

1

 

 

FaïencesVerdier

6

3

3

 

 

FaïencesDupin

6

3

 

 

 

Faïences

4

2

 

 

 

FaïencesTaillard

3

1

1

1

 

FaïencesVerdier

3

2

 

 

 

Faïences Pons

2

2

 

 

 

Faïences Carra

1

 

 

 

 

Il y a la rubrique de 8 à 12 ans qui concerne seulement quelques fabricants de faïences.

1 ) De petites unités

La plus grosse entreprise est celle de faïences à Auvillar avec Ducros François qui a 42 emplois dont 9 enfants.

Même si la minoterie est encore forte à Moissac elle se divise toujours en plusieurs entreprises.

2 ) Activités diverses

L’apprêtage de plumes à écrire à Valence va-t-elle se convertir ensuite en usines de fabrication de balais ? A Montauban on aura des fabricants de gros papiers d’enveloppes.

3 ) Le travail des femmes

Les femmes sont présentes partout et toujours avec un salaire inférieur de 50% à celui des hommes. J-P Damaggio