Banderole

 

Nouveau samedi en jaune en Tarn et Garonne, cette fois à Montech, une commune où il existe encore une cabane au rond-point de la Vitarelle, un lieu accordé par le maire socialiste mais le maire, sur pression préfectorale, a donné jusqu’au 28 février pour que le terrain soit «libéré».

Le vin

Ainsi petit à petit le paysage sera localement redevenu «normal».

J’ai compté 300 personnes mais les organisateurs 380. On retrouve un peu les mêmes visages d’irréductibles. Les plus radicalisés ? Non car il y a toujours la même diversité. Quelques slogans un peu anarchistes, d’autres un peu ordinaires. Chaque lieu a apporté son organisation et cette fois les chansons étaient au rendez-vous avec une sono mobile.

Des dirigeantes d’ATTAC ont distribué un tract pour donner les solutions aux gilets jaunes au cas où ils manqueraient de matière. Il est frappant de constater que sur le site d’ATTAC 82 qui fonctionne bien, les gilets jaunes n’existent pas. En fait c’est la même chose pour ATTAC France. Il se trouve qu’ATTAC est un mouvement citoyen qui avec les années 2000 a été très important sauf qu’il a braqué le projecteur sur les questions économiques quand le mouvement des gilets jaunes le braque sur les questions politiques. Est-ce que sans changer l’économie, on ne changera pas de politique où l’inverse ? Pour des citoyens c’est par le politique qu’on peut changer l’économie sinon il faut créer sa propre entreprise ce que certains font avec des coopératives. Mais une coopérative est sous la loi politique ! L’échec d’ATTAC n’a jamais fait l’objet de la moindre étude de la part des acteurs. Il y a à un moment une scission douloureuse et depuis ATTAC est là pour donner les bons conseils. Mais à quoi bon les conseils si les moyens d’agir n’existent pas ?

La Boétie

Un parti politique qui construit un programme passe devant les électeurs pour agir.

La CGT avait appelé à participer à cette manifestation, le responsable gilet jaune s’en étant réjoui au micro. Combien de membres de la CGT ?

Bref, les gilets jaunes sont toujours là. A Montech la sono a permis l'exécution de quelques pas de danse et j'entends d'ici, des gilets jaunes qui vont me dire que manifester c'est plus sérieux que de danser. Mais bon, ainsi va la vie.

J-P Damaggio