cinéma russe

Par trois fois nous avons déjà évoqué ce festival :

Présentation d'Anna, Présentation d'un film, critique d'un film. En conséquence nous reprennons l'info version La Dépêche. J-P Damaggio

 

Gérard Ducatel ... Et son festival du film russe

sur la photo Gérard, Anna et le réalisateur V. Koslov.

Gérard Ducatel est responsable du cinéma de Verdun. Du 21 au 24 février, il a organisé un festival du film russe. À travers quelques questions, nous allons découvrir ce passionné de cinéma et la genèse du festival.

 Qu'est-ce qui vous a donné cette passion du cinéma?

Enfant, j'habitais à côté d'une salle de cinéma. Très jeune, le l'ai fréquenté, au début, sans la permission de mes parents. Puis le projectionniste m'a appris à me servir du projecteur et j'ai ainsi pu visionner des centaines de films. Puis j'ai fait mes études à Nantes. J'ai également appris le piano. Plus tard, j'ai eu plusieurs emplois, dont brocanteur et marchand de pianos. Après un séjour aux États-Unis, je suis revenu à Toulouse où j'ai étudié à l'Esav (École supérieure de l'audiovisuel). J'ai travaillé à la cinémathèque de Toulouse et dans plusieurs cinémas. J'habite dans le Gers où je préside l'association Ciné 32.

 Comment est né ce festival?

Je connaissais Tatiana, une Russe, qui m'a présenté Anna, Olga et Alexandra qui habitent la région. Anna, traductrice, voulait organiser un festival de films russes et ne savait pas comment faire. Nous nous sommes rencontrés et nous avons commencé un long travail de recherche. Nous avons été contactés par un producteur qui nous a proposé le film sur Dovlatov. Puis nous sommes rentrés en contact avec Oleg Siugnei et Galina Mataras, originaires de la région de Iamalie, une république autonome de Russie qui nous ont envoyé le film «Le Lichen blanc» et qui sont venus à Verdun. Nous avons eu la chance d'entrer en contact avec Vladimir Vobilkov, un réalisateur qui dirige une école de théâtre. Il est venu au festival avec quatre de ses élèves. Il a présenté son film «Les Vieux» et une minisérie «Compote».

 L'organisation du festival a pris neuf mois. Nous sommes très satisfaits du résultat. Les réalisateurs russes étaient heureux de présenter leurs films en France, ce qui leur permet d'être mieux connus. Nous allons renouveler l'expérience l'année prochaine.