la pyrale du buis

J’avais quelques pieds de buis isolé et loin d’autres buis mais en 2017 j’ai constaté quelques attaques de pyrale. En 2018 l’attaque a été si sévère que j’ai brûlé les buis. J’ai gardé un petit plan dont je pensais qu’il échapperait au papillon mais non ! Donc il faut traiter et le papillon meurt. Comme le buis n’est pas comestible on se soucie peu des traitements. Par contre les producteurs de traitements peuvent se frotter les mains. Le mal vient d’Asie, une autre forme du péril jaune. L’explication ci-dessus me semble utile. Dans les faits, ce qui m’attriste ce sont les dégâts non dans les jardins à la française (ils sont traités) mais dans la nature où sur le causse le buis est fondamental. J-P Damaggio

 Explication

La pyrale du buis vient d’Asie orientale – Japon, Chine et Corée. Elle a été observée pour la première fois en France en 2008, en Alsace, un an après son apparition en Allemagne. Depuis, le nombre d'individus a explosé. Plante & Cité, une association qui travaille avec des gestionnaires d'espaces verts, est pour la première fois alertée du problème en 2012, explique Maxime Guérin. L'année suivante, elle est signalée dans 52 départements, puis 71 en 2014 et 86 en 2015, selon les données de l'association. "Le boom s'est vraiment produit en 2015 dans les jardins", explique la chargée d'études, "et en 2016 dans les espaces naturels." L'Alsace, riche en buissons naturels, est très touchée, tout comme les régions Paca, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, sans oublier l'Ile-de-France, où sont concernés surtout les jardins des monuments historiques.

Une chenille de la pyrale du buis.Une chenille de la pyrale du buis. (MAXPPP)

"En France, on ne sait pas si elle est arrivée de proche en proche" en se propageant en Alsace depuis l'Allemagne, "ou par l'introduction de buis importés", explique Maxime Guérin. Quoi qu'il en soit, ce sont des buis asiatiques qui lui ont permis d'arriver en Europe. Car l'expansion de la pyrale ne se fait "pas tant par une dispersion naturelle" que par l'achat de buis contaminés. "Le buis est une plante fréquemment achetée, souvent par des particuliers dans des enseignes pas forcément spécialisées, parfois dans des pays d'Europe peu fiables en terme de protection sanitaire, détaille la chargée d'études. L'ampleur du marché fait qu'il y a eu des introductions multiples."

Rien à voir, donc, avec un insecte comme le frelon asiatique, dont une seule femelle peut suffire à coloniser un pays. C'est en se dissimulant dans des arbustes que la pyrale du buis, capable de voler jusqu'à dix kilomètres, continue de se propager en France.