Un partout, sur le bâtiment des Postes, nous avions noté les panneaux, Emtel, et Chili. Pour Emtel nous savions que c’était la compagnie de téléphone mais Chili ? C’est aussi une compagnie qui a choisi la référence au piment pour dire qu’elle était la plus forte. Orange est aussi là.

Il y a d’abord eu Mauritius Telecom, compagnie nationale partiellement privatisée, puis en novembre 2000 France Télécom entre dans le capital à hauteur de 40%. L’autre gros actionnaire est l’Etat mauricien 34%.

Depuis 2011, la bataille est dure avec Mahanagar Telephone Mauritius Limited (MTML) qui casse les prix (Chili).

Notons que La Poste fonctionne très bien.

Mais ce point pour en référence retenir un article du Monde où on découvre à quoi sert aussi l’île Maurice et les télécoms. J-P Damaggio

 LE JOURNAL LE MONDE CIBLE L'ÎLE MAURICE DANS UNE ENQUÊTE D'UNE ARNAQUE MASSIVE AU FAUX SUPPORT INFORMATIQUE

Lundi 15 Avril 2019

Le journal Le Monde a consacré une enquête publié ce lundi 15 avril sur leur site intitulé : "De l’île Maurice à Blois, dans les coulisses d’une arnaque massive au faux support informatique".

On y découvre que plusieurs milliers de personnes ont été victimes en France, au cours de ces dernières années, d’une entreprise agissant depuis l’île Maurice. Des téléopérateurs y escroquent des internautes en prétendant les débarrasser de virus qu’ils n’ont pas.

Jacky un retraité de 77 ans domicilié à Blois en est l'exemple. Il se passerait bien « de l’informatique » mais voilà : « aujourd’hui, on est obligé. » Alors le 27 juillet 2018, en allumant son ordinateur pour consulter ses comptes bancaires. Sa souris est restée bloquée et une fenêtre lui indique : “Votre ordinateur est infecté, appelez d’urgence ce numéro, sinon vous allez perdre toutes vos données”.

En composant le numéro en 09, on lui propose de l'aide pour un coût de 340 euros, qu'il paiera avec sa carte bleue. Mais après avoir payé, Jacky comprend qu’il s’est «fait avoir» : son ordinateur n’avait pas vraiment de virus, et il a payé pour rien.

Cette arnaque, dite «au faux support informatique» est loin d’être nouvelle sur Internet. Pourtant, ceux qui en sont responsables continuent souvent d’opérer dans une impunité quasi-totale avec une méthode bien rodée. A partir du numéro de téléphone composé par Jacky, l’entreprise RHB Outsourcing est identifiée et mène à plus de 9 000 kilomètres de la France, au milieu de l’océan Indien, sur l’île Maurice.

De l’extérieur, RHB Outsourcing est une société comme il en existe des centaines sur l’île, dans l’une des tours du quartier de Cybercity, dans la ville d’Ebene. Le site Internet de RHB Outsourcing la dit spécialisée dans l’externalisation : elle propose à d’autres entreprises de lui confier certaines tâches, notamment de comptabilité, de gestion de données ou de formation. RHB Outsourcing explique aussi disposer d’un centre d’appel, qu’elle peut mettre à disposition de ses clients.

Selon les informations du journal Le Monde, il s’agit en fait d’une façade : son existence tout entière est dédiée au « faux support informatique ».

Le mode opératoire est rodé : "des publicités particulièrement intrusives sont massivement diffusées sur certains sites Web. Lorsqu’elles s’affichent, elles paralysent le navigateur de l’internaute et rendent son ordinateur temporairement inutilisable. La publicité contient un numéro de téléphone, qui aboutit dans le centre d’appel de la RHB Outsourcing."

Les téléopérateurs sont chargés de facturer, très cher, un nettoyage factice de l’ordinateur. Leurs bureaux ressemblent à presque n’importe quel centre d’appel : quelques dizaines d’employés sont assis, casque micro sur les oreilles, face à des ordinateurs.

Selon l'enquête du journal, la société n’est pas enregistrée au registre du commerce mauricien et sert de façade à une société plus discrète, International Paygateway Ltd.

 En réalité, « fournir une assistance technique aux clients » et « effectuer des diagnostics pour détecter les erreurs techniques via un accès à distance » sont des termes génériques qui masquent « une magouille », une « arnaque pure » taclent deux anciens salariés.

Leur objectif est de vendre aux internautes trois types de prestations, facturées jusqu’à plusieurs centaines d’euros tout en faisant croire qu'ils ont un « technicien Microsoft agréé » au bout du fil.

L'objectif est de parvenir à convaincre la personne au bout du fil d’installer un programme permettant au téléopérateur de prendre le contrôle, total et à distance, de son ordinateur. Grâce à ce logiciel, le salarié de RHB Outsourcing pourra effectuer les manipulations nécessaires à son arnaque (prendre le contrôle de certains fichiers ou du navigateur, installer des logiciels…).

 « Notre travail, c’était de mentir »

« On leur disait que si on ne réparait pas rapidement, leur ordinateur tomberait en panne. Comme ça, on arrivait à les convaincre de payer », confirme Carole, une autre ancienne salariée. « Notre travail, c’était de mentir », résume Oscar. Ils n’hésitent pas à culpabiliser la personne au bout du fil, expliquant que ces prétendus virus ont été contractés en visitant des sites pornographiques ou illégaux. « Ils sont rentrés dans mon ordinateur, m’ont dit qu’il était plein de virus. Ils m’ont expliqué que j’avais dû aller sur des sites interdits », se remémore Bertrand, une de leurs victimes.