Voici la note du Maitron.

Louis Caussanel est é à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) le 26 septembre 1820, il se suicida le 14 mai 1871 en son château de Rocmary, commune de Maleville (Aveyron) ; animateur du « parti républicain » dans l’Aveyron sous la Seconde République.

Négociant et banquier à Villefranche-de-Rouergue, il avait épousé une Espagnole exilée pour raisons politiques. En 1848, il présida le club « rouge », « le Jeune Cordelier », et fut le gérant du journal édité par le club sous la même dénomination, du 16 mars au 11 juillet.

Candidat malheureux aux élections législatives du 23 avril 1848, et du 13 mai 1849, Caussanel appartenait, comme Casimir Moins, à la loge « la Cordialité ». Il dirigeait le mouvement républicain dans l’Aveyron en 1851. Il comparut à ce titre devant le conseil de guerre du Rhône, le 5 août, parmi les inculpés de ce que l’on appelait le complet de Lyon, et fut acquitté. Louis Caussanel fut nommé président de la commission constitutionnelle provisoire du département de l’Aveyron qui s’était constituée le lendemain du coup d’État du 2 décembre. Il fut blessé au ventre lors de l’attaque de la mairie de Rignac (Aveyron). Puis il passa en Espagne. La Commission mixte de l’Aveyron le condamna par contumace à « Algérie plus ». Il ne rentra dans l’Aveyron qu’en 1870. Lorsque survint la révolution du 4 septembre 1870, Caussanel se rendit à Paris pour obtenir une préfecture. Il ne put l’obtenir de Gambetta qui lui offrit seulement la sous-préfecture de Villefranche. Caussanel refusa avec fierté cette proposition ingrate.

 

décès Louis

 Voici l’acte de décès

Joseph Mirepoix ancien avoué à la cour de Toulouse juge de paix à Asprières demeurant à Foissac 43 ans et le sieur Delsaux Jean Pierre cultivateur 36 ans né à Villefranche de Rouergue domicilié à Roc Mary, lesquels nous ont déclaré que Louis Antoine Caussanel né à Villefranche d’Aveyron le 20 septembre 1820 fils de Marie Pélagie Louis Adélaïque Vincentine Murat née à Villefranche et âgée de 60 ans veuve de feu Louis Caussanel né à Sauveterre au mois de mai 1782, vivaient et demeurant ensemble à Villefranche père et mère du défunt que le dit Louis Antoine Caussanel est décédé en son château de Roc-Mary lequel est situé sur la dite commune de Malleville le 14 mai à cinq heures du soir dans sa 51 année

 

Voici l’acte de naissance

Jean-Louis Caussanel négociant âge de 37 ans natif de Sauveterre, habitant Villefranche depuis 12 ans déclare la naissance de Louis Antoine le 26 septembre 1820. Son épouse est Marie Pélagie Louis Adélaïde Vicentine Murat.

 

journal de villefranche

Voici le message du Journal de Villefranche suite à la mort de Caussanel.

Observons qu’il n’est rien dit du refus du poste de sous-préfet de Villefranche. Ce journal est du côté de Thiers et il est surprenant de voir ce suicide au moment même où à Paris commence la semaine sanglante.

 

Journal de Villefranche 20 mai 1871

 La démocratie aveyronnaise vient de faire une perte cruelle dans la personne de Louis Caussanel.

Né en 1820, à Villefranche, d’une famille privilégié de la fortune, il s’était dès sa jeunesse voué à la défense des intérêts des classes deshéritées à laquelle il a consacré toute son existence, inébranlable dans sa foi et dans son dévouement.

Depuis 1840 mêlé à toutes nos luttes politiques, sa vie toute militante n’a été qu’un long et rude combat. Son activité, son intelligence, son talent spécial d’organisation l’avaient placé, et selon toute justice, au premier rang.

Tout le monde sait la part active et brillante qu’il prit à Paris à la révolution de 1848, et ses efforts pour en propager les bienfaits dans l’Aveyron. En 1849, lors des élections législatives, trente mille suffrages vinrent affirmer que sa tâche n’avait pas été infructueuse dans le pays qui n’avait pas encore subi l’Empire.

Arrêté et compris, bien qu’innocent, dans le procès de Lyon, il ne quitta la prison que pour l’exil. Proscrit de 1851, il se réfugia en Espagne d’où il n’est revenu que lorsque l’amnistie générale rouvrit à tous et sans conditions, les portes de la France. Il rentra, fortifié par les épreuves, mûri par l’expérience et l’étude, et toujours prêt à ces luttes pour lesquelles il avait déjà tant souffert, et auxquelles, toujours le premier au devoir, il n’a jamais failli.

Sa mort laisse au cœur de sa famille et de ses amis une immense douleur, et à la démocratie villefranchoise une place qui sera difficilement remplie. P. Marty

Voici le portrait de Caussanel dans la thése de GRÉGORY POUGET

Louis Antoine Caussanel est le principal leader républicain. Négociant et banquier à Villefranche, il a épousé une espagnole exilée pour raisons politiques. En 1848, il préside le club « rouge », le Jeune Cordelier, et est le gérant du journal édité par le club sous la même dénomination du 16 mars au 11 juillet 1848. Aux journées de février, il fait ses preuves en ayant un commandement d’insurgés dans le quartier Montmartre à Paris, pendant que son ami Moins est employé dans le quartier Latin. Candidat malheureux aux élections des 23 avril 1848 et 13 mai 1849, Caussanel appartient avec Casimir Moins à la Loge de la Cordialité. Il dirige le mouvement républicain dans l’Aveyron en 1851. Au préalable, il comparaît à ce titre devant le conseil de guerre du Rhône, le 5 août, parmi les inculpés du complot de Lyon. Il est acquitté.