Communiqué des élus insoumis au Conseil régional Occitanie

 

OCCITANIE - Privatisation des aéroports : Carole Delga prive les citoyens du soutien de la Région

Bien que défait lors des dernières élections européennes avec le soutien de 10% des inscrits, le gouvernement continue sa politique violente. Il traite avec mépris les revendications des Gilets Jaunes, les luttes écologiques, sociales, dans l'éducation ou les services d'urgences.

Lors de l'Assemblée plénière du Conseil régional Occitanie du 27 juin 2019, les élus de la France Insoumise sont intervenus pour défendre notamment la gestion publique des biens communs et la souveraineté populaire.

Ils ont proposé une nouvelle fois que la Région appuie la démarche juridique en cours pour le retour dans le giron public de la gestion de l'aéroport Toulouse-Blagnac en demandant la nullité de la vente des actions à Casil Europe. Cette proposition a recueilli 64 voix pour et 71 voix contre avec notamment l'opposition des élus PS.

Les élus de la France Insoumise ont aussi proposé un vœu relatif à l'organisation du recueil des soutiens pour le Référendum d'Initiative Partagée sur la privatisation d'Aéroport de Paris. Cette initiative visait à inciter un maximum de villes de la région à faciliter l'organisation de débats, à informer les citoyens sur la procédure de signature et à installer des points de recueil physique des soutiens au référendum.

Carole Delga a refusé de soumettre au vote cette initiative au prétexte que ce sujet ne relèverait pas de « l'intérêt régional ». Pourtant, l'avenir d'Aéroport de Paris n'est pas une question « parisienne » mais bien d'intérêt national qui concerne directement les citoyens et les villes d'Occitanie. Cette procédure de Référendum d'Initiative Partagée est une occasion unique pour permettre à tous l'exercice de la citoyenneté et de la démocratie.

Une nouvelle fois, pour éviter une question gênante, Carole Delga applique de façon abusive, avec la complicité du secrétaire du bureau de l'assemblé Gérard Onesta, un Règlement Intérieur utilisé comme un carcan, pour limiter le débat et les droits démocratiques.

Les conseillers régionaux France Insoumise le regrettent et continueront à se battre, aux côtés des citoyens mobilisés, pour les services publics, la solidarité, l'écologie et la démocratie.

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys, conseillers régionaux-ales d'Occitanie (29-06-19)