1851_à_Rodez

Voici la parole officielle sur le suites du coup d'ETAT 1851 à Rodez.

Cet article du Journal de l'Aveyron reprend les faits en les minimisant.

Or ensuite ils seront grossis jusqu'à l'impossible, pour justifier une répression sans précédent.

L'écart entre les deux discours témoigne de ce système qu'installe Louis Bonaparte : la terreur. Ce n'est pas le premier pouvoir à distiller la peur mais cette peur est pour la première fois généralisée. N'importe qui peut tomber et très durement sous les coups du régime. Le tout au nom de la défense de la liberté !

D'un côté des membres de la gauche (Proudhon et Marx pour une fois d'accord pour des raisons opposées) vont ridiculiser des insurgés incapables d'aller au bout de leurs dicours.

De l'autre des membres de la droite vont brandir le couteau entre les dents des socialistes pour les envoyer en Algérie.

Entre les deux les analyses du phénomène ont souvent été tranquées. JPD