pignon ernest et velter

A la FNAC d’Avignon, à la rencontre entre Ernest Pignon Ernest (EPE) et André Velter il a bien sûr été question de poètes. Avec Mahmoud Darwich nous avons le cas d’un poète fondateur d’une nation comme, à mes yeux, Ruben Dario au Nicaragua, Dante en Italie, Cervantès en Espagne etc. Pour les USA c’est le cinéma qui est constitutif de cette nation.

Les deux hommes ont bien connu ce poète, ils ont participé à des récitals parfois monstres avec 30 000 personnes dans un stade. Pour un homme timide…

Dans le livre Face aux murs, Elisa Sanbar découvre à partir de l’intervention sur Mahmoud Darwich d’EPE, intervention «qu’il a suivi dès sa naissance» que  «la terre reste à sa place» et qu’il faut ramener hommes et femmes «à leur place». De son côté Olivier Py associe Mahmoud Darwich et la force des Palestiniens : « Mahmoud Darwich avait réussi le plus grand exploit que la littérature puisse atteindre, faire de sa terre et de sa nation une métaphore ».

Ceci étant, EPE toujours soucieux de rendre les mythes qu’il veut créer païen, précise dans le débat : « Cependant il ne faut pas exagérer, quand Mahmoud Darwich parle d’une femme, c’est aussi d’une femme en chair et en os. Il ne faut pas trop plaquer le discours politique sur son œuvre au risque de la réduire.»

J-P Damaggio