mélissande

 Maurice Maeterlinck est l’auteur de la pièce. Un Belge de langue française qui a eu le prix Nobel en 1911. Il est né le 29 août 1862 à Gand et mort le 6 mai 1949. Il avait 30 ans à la mort de Léon Cladel très populaire en Belgique et l’ami d’Edmond Picard qui fut la référence de Maeterlinck. Edmond Picard très lié à Judith Cladel fait qu’il existe ce lien qui va de Mallarmé à Maeterlinck.

Mise en scène, Julie Duclos. Une jeune femme qui entre donc à Avignon par la grande porte. Elle est aussi cinéaste. Une artiste complète.

Les acteurs : Vincent Dissez, Philippe Duclos, Stéphanie Marc, Alix Riemer, Matthieu Sampeur, Émilien Tessier. Et en alternance car il s’agit d’une enfant : Clément Baudouin, Sacha Huyghe, Eliott Le Mouël.

 Deux liens :

https://www.theatre-contemporain.net/video/Entretien-avec-Julie-Duclos-pour-Pelleas-et-Melisande-73e-Festival-d-Avignon

 https://www.theatre-contemporain.net/video/Rencontre-avec-Julie-Duclos-pour-Pelleas-et-Melisande-73e-Festival-d-Avignon

 L’histoire avec présentation officielle :

Mélisande est une jeune femme en fuite. Au prince Golaud qui la découvre en pleurs dans la forêt et lui déclare son statut et sa généalogie, elle répond venir d'ailleurs. Et c'est de cet être – et non d'une histoire – que Golaud tombe amoureux, s'occupant d'elle, l'épousant et l'emmenant dans le château de son grand-père. Là, Mélisande y rencontre Pelléas, le demi-frère du Prince. Tout est dit. Ou plutôt tout est non-dit, suggestion et projection... Un terrain fertile pour que s'y déploient l'amour interdit et sa chute violente. Une structure entre terre et ciel que Julie Duclos a souhaité habiter. Car à l'instar de l'écriture de Maurice Maeterlinck, les personnages sont « concrets et poétiques », et souvent silencieux. Pour les deviner, la metteuse en scène a imaginé une scénographie où le théâtre et le cinéma s'entremêlent,  multiplient les plans, les axes et les angles. Un procédé dramaturgique qui donne  lieu à de multiples révélations et élévations et qui rappelle que le symboliste belge a toujours cherché à voir le monde par-delà les apparences. 

Comédienne formée au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, metteuse en scène mais aussi passionnée de cinéma, Julie Duclos fait ses premières mises en scène en travaillant à partir d'improvisations avec son groupe d'acteurs (Fragments d'un discours amoureuxMasculin/FémininNos Serments). Elle monte ensuite un texte contemporain, MayDayde Dorothée Zumstein. Artiste associée à la Colline – Théâtre national jusqu'en 2017, elle est actuellement associée au Théâtre national de Bretagne. Pelléas et Mélisande est sa première création au Festival d'Avignon.

Poète, dramaturge et essayiste, Maurice Maeterlinck (1862-1949) pense le théâtre comme un théâtre de l'âme face au destin, et dont le symbolisme serait la forme la plus poétique pour déchiffrer le monde au-delà des apparences. En 1911, il obtient le prix Nobel de littérature.

 

Nous découvrons la FrabricA, lieu un peu en extérieur d’Avignon. La scène est considérable avec, au fond, une grande construction, l’utilisation de la vidéo (avec images enregistrées et images en direct). La langue est faite de simplicité et les acteurs jouent cette simplicité. L’émotion est contenue. La mise en scène est-elle là pour écraser les acteurs ? Nous sommes dans le symbolisme face au quotidien. Une histoire à la fois si simple et si dramatique.

Je ne dis pas que j’ai été convaincu par la pièce qui laisse peut-être le spectateur sur sa faim. Je salue par contre cette difficulté de passer d’un décor de forêt, de château, de grotte qui a été bien relevée.

J-P Damaggio