Après le communiqué publié par La Dépêche je pensais le retrouver sur les sites des signataires. Mais si je prends le site du plus concerné, le PS 82 rien car les références sont sur les facebook comme celui de Rodolphe Portolès, et même un site que je ne connaissais pas ICI donne les noms des signataires.

municipales 3

Signature de l'engagement des partis de gauche pour la constitution d'une liste commune pour les élections municipales de mars 2020.

Arnaud Hilion, conseiller municipal (PS).

Rodolphe Portoles, conseiller municipal (PCF).

Jeannine Meignan, conseillère municipale (Montauban Citoyenne).

Guillaume Arnaud (Europe Ecologie les Verts)

Cathy Bourdoncle, Conseillère départementale Tarn-et-Garonne (PS)

Yann Berthome (Génération.S)

Lucie Fournier (PRG)

Europe Ecologie Les Verts. Parti Radical de gauche, Cercle Jean Daran, Parti Socialiste de Montauban, Parti Communiste de Montauban, Génération.S, Montauban Citoyenne.

 Beaucoup de photos mais pas de place pour le communiqué. Je retiens celle-ci où chacun se reconnaîtra et où comme au bon vieux temps PS et PCF sont au coude à coude.

Je ne sais pas trop pourquoi le lieu symbolique retenu pour cet événement est devant la statue de Sapho de Bourdelle et devant le théâtre. Pour l’ombre peut-être ? Un théâtre que la gauche n’a jamais jugé utile d’appeler Olympe de Gouges.

 Laurent Dubois sur le site France 3 reprend aussi l’info :

"Ce n’est pas encore une liste. Il s’agit uniquement de préparer un projet collectif. Ce n’est pas toute la gauche puisque la France Insoumise reste en dehors. Mais le PS, le PC, Europe Ecologie, Génération-s et le PRG se lancent ensemble dans la bataille des municipales à Montauban. Une association citoyenne (Montauban Citoyenne) est également partie prenante.

A Toulouse, les gauches tentent de rassembler. C’est mal engagé puisque le PS se retrouve isolé alors qu’un mouvement citoyen fédère Europe-Ecologie et la France Insoumise. Dans la préfecture du Tarn-et-Garonne, c’est plus clair et plus simple. Il existe un front allant des écologistes jusqu’au parti socialiste, en passant par le parti de Benoît Hamon et le «nouveau» parti radical de gauche.

Pour le moment, l’union se limite à une feuille de route : la préparation d’un programme commun. Plusieurs thèmes ont été définis (transport, école, démocratie participative…) et une priorité écologique est affichée. Le but revendiqué est de préparer une alternance à la maire sortante, Brigitte Barèges, mais aussi d’offrir une alternative à En Marche, qualifié de « droite macroniste ».

Pour justifier leur démarche, les partis de gauche mettent en avant leur score aux Européennes à Montauban : 25,52%. Un score qui place la gauche devant le Rassemblement National (23%) et La République En Marche (22%). Cette justification est un « élément de langage » et pas vraiment un argument politique.

Les Européennes et les Municipales se suivent. Mais elles ne sont pas comparables. L’adversaire de la gauche montalbanaise est Brigitte Barèges et la maire sortante n’était pas « représentée » lors du scrutin des Européennes. Peu importe ce « détail » (qui n’en est pas un), la gauche montalbanaise réussit tout de même à se fédérer. Reste à savoir si l’essai va se transformer en programme et surtout en une liste commune. A suivre."

 Du côté de Montauban citoyenne le blog en est resté à l’appel de janvier 2019 suite à leur assemblée générale. ICI

Pour faire nombre l’union des étiquettes n’a jamais été gage de réussite car avec des miettes on ne fait pas de pain même si ainsi LFI apparaît par avance comme un diviseur ou un soumis. Il me semble qu’en revenant à la farine et à l’eau c’est plus simple et plus efficace. J-P Damaggio