Le RN ne peut pas espérer des miracles des élections municipales. Il y a cependant quelques points symboliques. Louis Aliot sait que Perpignan pourrait être une belle prise pour le Rassemblement national. Ville de plus de 100.000 habitants, elle avait voté à près de 35% lors du premier tour des municipales de 2014, 45% au second tour face à la liste unique de Jean-Marc Pujol, la gauche s’étant désistée malgré ses 11,87% et la possibilité de se maintenir.

LREM présente son propre candidat. La droite hésite, la gauche est perdue et le RN peut espérer une victoire. Je n’ai pas de solution car l’implantation du FN-RN à Perpignan est ancienne et forte. A suivre. J-P Damaggio