lodève

En France l’élection présidentielle est décisive mais l’élection cantonale est représentative. C’est une élection que j’apprécie car, si depuis des décennies elle sert à élire des notables, elle est aussi un bon thermomètre de la démocratie. J’ai compris qui était le FN quand après les européennes de 1984 il a fait un effort considérable en 1985 pour être présent dans beaucoup de cantons y compris avec le même candidat dans trois d’entre eux au même moment (c’est légal le candidat n’a pas besoin d’être du canton). L’extrême-gauche a toujours été absente de cette élection et c’est tout aussi significatif.

De plus j’aime bien le canton de Lodève[1] à gauche depuis 1849, donc voici quelques lignes sur l’élection partielle qui vient d’avoir lieu.

Première surprise : seulement quatre candidats !

En fait une demie surprise, vu la date : 30 juin et 7 juillet. Mais tout de même, pas de candidat LR, PCF et LFI ! Voici les présents et le résultat du premier tour :

Gaël LEVEQUE pour  le Parti Socialiste réalise un score de 41,76 %

Stephanie GALZY, pour le Rassemblent National  sera donc au second tour avec 23.43 % des suffrages

Clotilde OLLIER la maire de Murles (qui n'est pas du canton) pour Europe écologie Les verts  avec 23.19 % des suffrages n'est pas qualifiée

Daniel GUIBAL (ex-PRG) pour La République en Marche ferme la marche avec 11,62 % des suffrages.

Mais pour qui ont donc voté les électeurs LR ? Ils se sont sans doute fortement abstenus si je rappelle qu’aux dernières européennes LREM avait obtenu 15% et cette fois 11% d’exprimés moins nombreux.

L’absence de LFI m’inquiète car je devine que les prochaines cantonales seront mauvaises pour le mouvement. Nous sommes dans un coin très à gauche, dans un département où LFI a une députée, avec un PCF absent ! Et pas de candidat LFI ! Un mot sur cette absence du PCF tout aussi inquiétante mais pour d'autres raisons, vu l’implantation ancienne et forte de ce parti dans le secteur. Il aurait pu présenter le Maire de Brissac en ticket avec une élue de Lodève, ville où il a un adjoint.

Mais les observateurs locaux ont noté que ce parti, pensant aux municipales, n’a pas voulu faire de l’ombre au PS ! C’est un peu ce qui se prépare presque partout : dès le premier tour alliance avec le PS d’où des négociations difficiles pour le nombre de postes vu la représentativité de ce parti. Or la stratégie adoptée au dernier congrès avait été : autonomie du PCF. Stratégie abandonnée au vu du résultat des européennes ? A Lodève personne ne savait si le 6,5% du PS sur le canton aux européennes ne risquait pas de placer ce parti derrière LREM. D’où l’absence du PCF..

 Le retour du PS

Dans ce canton il y avait une élection partielle car l’élue locale est devenue députée européenne. Irène Tolleret maire de Fontanès était la suppléante de la maire PS de Lodève décédée. Cette élue est passée à LREM. En conséquence, que le PS retrouve son siège n’a rien d’extraordinaire si on oublie qu’entre temps ce parti s’est effondré et qu'au second tour il obtient plus de 70%. Il semble que l’effondrement national (présidentielles-européennes) concerne peu les élections locales et c’est chaque fois avec les élections locales que le PS s’est refait une santé. Donc après la séquence, municipales, cantonales départementales, Bernard Cazeneuve peut relancer le PS aux prochaines présidentielles comme le PSOE s'est relancé et d'autres PS en Europe.

 La situation du FN-RN

Le RN avait eu 29,4% aux européennes, une place largement en tête mais n’a seulement 23% aux cantonales sans candidat LR, et même au second tour avec seulement 25% de participation il ne retrouve pas le 29,4%. Le FN-RN aurait-il atteint ses scores maximum autour de 30% dans le secteur ? Certains avaient imaginés qu’avec 29% aux européennes et en l’absence d’un candidat de droite il pouvait espérer 35%. D’autant qu’au poste de suppléant il y avait un gilet jaune bien connu dans le secteur !

 Le miracle EELV

Il a manqué 23 voix pour qu’au second tour il y ait une élection, PS contre EELV ! Le succès aux européennes peut-il se maintenir aux élections locales ? Les Verts sont beaucoup plus nés de la base que du sommet même s’ils ont eu du mal à être largement présents aux cantonales. Le succès de 2019 peut donner des ailes à ce parti surtout si LFI s’effondre.

 Une anomalie

Malgré la parité instituée avec les binômes, pour une élection partielle on n’est pas obligé de remplacer une femme par une candidate femme, ou un homme par un candidat masculin. J-P Damaggio

 [1] Le canton compte 54 communes et j’aime bien en égrener les noms : Agonès, Le Bosc, Brissac,Causse-de-la-Selle, Le Caylar, Cazilhac, Celles, Claret, Le Cros, Ferrières-les-Verreries, Fontanès, Fozières,Ganges, Gorniès, Laroque, Lauret, Lauroux, Lavalette, Lodève, Mas-de-Londres, Montoulieu, Moulès-et-Baucels, Notre-Dame-de-Londres, Olmet-et-Villecun, Pégairolles-de-Buèges, Pégairolles-de-l’Escalette, Les Plans, Poujols, Le Puech, Les Rives, Romiguières, Roqueredonde, Rouet, Saint-André-de-Buèges, Saint-Bauzille-de-Putois, Saint-Etienne-de-Gourgas, Saint-Félix-de-l’Héras, Saint-Jean-de-Buèges, Saint-Jean-de-la-Blaquière, Saint-Martin-de-Londres, Saint-Maurice-Navacelles, Saint-Michel, Saint-Pierre-de-la-Fage, Saint-Privat, Sauteyrargues, Sorbs, Soubès, Soumont, Usclas-du-Bosc, La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castries, Vacquières, Valflaunès, Viols-en-Laval et Viols-le-Fort.)