Epigmenio-AMLO

Il semble que le Mexique entre un peu dans notre actualité. Bien peu cependant celle des journalistes assassinés ! Edgar Alberto Nava Lopez vient d’être éliminé, son corps jeté sur des ordures à Zacatepec, Morelos. Le Mexique vient ainsi de devenir le pays le plus dangereux au monde pour les journalistes (1/3 des assassinats du monde entier !) et l’impunité reste de rigueur. C’est le neuvième mort de l’année !

Le nouveau gouvernement ne peut pas tout résoudre en une seule année mais des questions se posent. Le monde politique est peu à peu nettoyé de ses corrompus et de ses corrupteurs mais le monde du crime organisé, s’il perd lui aussi des appuis, reste une référence dans le pays ! Or AMLO sera jugé sur ce point.

Peut-il compter sur son ami Epigmenio Ibarra ?

Pour arriver au pouvoir AMLO a suivi deux pistes : la création d’un nouveau parti à sa dévotion et la complicité avec une puissance médiatique à sa dévotion.

Ne nous y trompons pas, au Mexique comme ailleurs, un homme comme AMLO doit subir quotidiennement les attaques en règle d’une bonne partie de la presse mais depuis longtemps il a, pour répondre, l’appui d’Epigmenio Ibarra. Ce journaliste est devenu un homme très puissant à la tête d’un consortium médiatique qui produit des feuilletons, des émissions, des reportages etc. Il s’est fait connaître par un coup d’éclat en 1994 en offrant au Sous-commandant Marcos un téléphone cellulaire pour ainsi diffuser le premier entretien télé du personnage. L’actuelle épouse d'AMLO, la journaliste et écrivain Beatriz Gutiérrez Müller, a un temps travaillé pour lui.

Parmi les critiques à AMLO voici celle qui me semble-t-il inquiète le plus : « Hay que prohibir narcoseries y narconovelas que hacen ver a los narcos muy chingones y que viven en puros lujos » « Il faut interdire les narco séries et les narcos romans qui font des narcos des grands pontes qui vivent dans le luxe. » Et certains ajoutent : « et interdire la narco musique ! »

Mais quel rapport avec Epigmenio Ibarra ? Ce dernier est un producteur de narco séries !

Ce point est important car dans le même temps, le parti d’AMLO, MORENA, est le parti le plus endormi du Mexique ! Il est bureaucratisé, centralisé, démobilisé au moment où seul il peut permettre de faire contrepoids aux attaques en cours contre le nouveau court des choses. Ce parti est-il seulement utile pour le gain de voix en faveur d’AMLO ? Mais comment peut-il vivre sans ligne politique, sans activité, sans formation, sans renouvellement des cadres ce qui laisse toute la place au recyclage de membres venus des autres partis ? Seul AMLO peut relancer le parti mais le veut-il ? Contre le crime organisé il n’y a, en fait, qu’une seule solution effiace, celle que des citoyens algériens ont mise en œuvre contre les islamistes : des milices citoyennes ; cette action de force accompagnée par une offensive contre cet idéal qui court dans la société, de mafieux célébrés comme révolutionnaires. Dénoncer la mafia du pouvoir est une bonne chose (et AMLO en a mis en œuvre d’autres) mais qui, après lui ? En effet, parmi les bonnes choses il y a la promesse de ne pas demander sa réélection sur un document signé devant notaire (au Mexique la constitution interdit la réélection) mais même si l’heure n’est pas au choix du dauphin comment peut-il émerger ? Dans les officines Epigmenio Ibarra ?

 Depuis longtemps une des stratégies d’AMLO c’est de parcourir en permanence le pays, en tout sens (il n’est jamais sorti du Mexique) et ainsi il se tient auprès du peuple, ce qu’il continue de faire depuis son élection. Mais si ce contact direct était utile pour convaincre, aujourd’hui convaincre c’est prendre des mesures gouvernementales conformes aux intérêts du peuple et pas seulement des mesures symboliques comme demander à l’Espagne de s’excuser pour le tort fait aux Indigènes ! D’un côté, il existe des mobilisations populaires au Mexique, autour des professeurs, des services de santé, des paysans mais le parti MORENA y est globalement étranger et d’un autre côté l’avenir du Mexique encore plus que celui d’autres pays, va se jouer sur la scène internationale, quand la monnaie chinoise va supplanter le dollar dont le mérite est de diminuer l’énorme dette financière en la faisant payer à d’autres.

L’actuelle expérience mexicaine mérite, à partir des faits dans leur globalité, toute l’attention des forces  émancipatrices, tout autant sinon plus que les envolées lyriques sur le socialisme du XXIème siècle. J’essaie d’apporter ma contribution. J-P Damaggio