l'ingénu

J’attendais d’avoir lu ce texte de Voltaire, L’Ingénu qui date de 1767 avait d’évoquer sa présentation à Avignon.

Au milieu d’une folie à 1500 spectacles, Avignon rappelle l’existence d’énergies culturelles phénoménales. Thomas Willaime[1] a décidé avec Jean-Christophe Barbaud pour la mise en scène, de faire vivre de vive voix le texte L’ingénu de Voltaire. Et c'est bien du texte qu'il s'agit !

Jouer tous les personnages, assumer ce texte, l’exprimer sans pouvoir se reposer sur un partenaire, bref, une performance d’acteur au service d’un auteur.

Voltaire et son Candide furent en ma jeunesse, texte scolaire. Je ne sais maintenant mais le hasard a voulu, qu’en passant à Nègrepelisse y visiter le moulin, une personne ait eu en main le livre, L'Ingénu et je me dis que le texte a peut-être un nouvel élan.

thomas Willaime avignon

Bref Voltaire scolaire, c’est pas toujours une incitation à le retrouver aujourd’hui, or à travers la pièce on se découvre heureux d’entendre cet humour si particulier, si grinçant et si gai en même temps, cette mise en pièce des pouvoirs et cette insolence si bénéfique.

Sous prétexte d’un Huron débarquant chez les bas-breton, un Huron ingénu, le monde de toujours est décortiqué. De toujours dans le sens où les pouvoirs religieux, politiques, sociaux, médicaux sont de toujours.

L’acteur se défonce sur scène, peut-être même un peu trop, (mais est-ce sa façon d’enfermer en lui le texte pour qu’il ressorte plus puissant) avec un décor minimum.

Nous l’avons croisé dans les rues d’où nous avons ramené cette photo souvenir. J-P Damaggio

 



[1] Formé au Studio Pygmalion, Thomas Willaime participe à de nombreuses créations théâtrales parisiennes dont Fais moi une place de et mis en scène par A.Michineau, 3 Little de D.Parker, C.Celesia et J.Katims, Ma Famille (seul en scène) de Carlos Liscano mise en scène de Laurent Lebras...

A l’écran il tourne, entre autres, sous la direction de Frédéric Berthe, F.Audoin, et de H.N’Kashama. Il réalise avec l’encadrement d’Élisabeth Huppert, Fiat Lux au Festival du film de Sarlat