Voici un article que je reprends pour dire mon estime très faible de la S?CF. J-P Damaggio

Marianne

Transports en commun en zone rurale : une galère bien française qui dope la dépendance automobile

Par Louis Nadau, Publié le 07/08/2019

Une étude comparative de l'Autorité de la qualité de service dans les transports montre que le réseau français en milieu rural est beaucoup moins performant que chez nos voisins allemands et espagnols, de sorte que prendre sa voiture plutôt qu'un transport en commun fait gagner deux fois plus de temps en France que dans ces pays.

Comment répondre à l'injonction écologique de moins prendre sa voiture quand, en milieu rural prendre un bus ou un train prend cinq fois plus de temps ? Comme le relève Le Figaro ce mardi 6 août, une étude parue en juin de l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), dépendante du ministère de la Transition écologique et solidaire, montre que les transports en commun en milieu rural manquent cruellement d'efficacité comparativement à nos voisins allemands et espagnols.

 C'est particulièrement vrai pour des trajets de moins de cinquante kilomètres : la fréquence horaire des transports en commun et leur amplitude – l'heure du premier et du dernier trajet – sont nettement plus faibles en France que chez nos deux voisins. Sur les 120 itinéraires tirés au sort pour cette étude, qui requièrent tous moins de 25 minutes de marche à pied, ceux de moins de cinquante kilomètres ne sont desservis que 2,6 fois par jour dans notre pays, contre 10,1 fois en Espagne, et 12,7 fois en Allemagne. Le service s'étale sur 12,7 heures et 13,4 heures en Espagne et en Allemagne, contre seulement 4,7 heures en France.

 TEMPS DE TRAJET ET DURÉES DE CORRESPONDANCES PLUS LONGS

S'il parvient à attraper un transport en commun, l'usager français devra en plus s'armer de patience pour faire son voyage : sur les dix trajets courts étudiés dans chacun des trois pays, la France a à la fois le temps de trajet moyen le plus long – 188 minutes, contre 158 en Espagne et 126 en Allemagne – et la durée moyenne de correspondance la plus élevée, avec 80 minutes, au lieu de 68 en Espagne et de 43 en Allemagne.

 Résultat : "En zone rurale, la faiblesse de l’offre de transport en commun amène à un état de dépendance automobile quasiment total", commente Alain Sauvant, directeur de l’AQST, auprès du Figaro. Sur les trajets courts, la voiture va 5,3 fois plus vite que les transports en commun. C'est presque deux fois plus qu'en Allemagne et en Espagne.

 "MIEUX COORDONNER LES HORAIRES"

Certes, le contexte géographique a une importance significative sur l'offre de transport en commun : "L’Allemagne est un pays deux fois plus dense que la France, ce qui facilite la viabilité économique de dessertes dans le rural, et particulièrement ferroviaires", note ainsi l'étude. En outre, les transports en commun hexagonaux sont bien moins onéreux : ils coûtent en moyenne 14,80 euros, à comparer aux 39,50 euros de l'Allemagne ou au 24,30 euros de l'Espagne.

 Pour autant, le manque d'efficacité du réseau de transport en commun français relève surtout d'un manque de coordination, selon Alain Sauvant : "Les différents transporteurs ou autorités coordinatrices pourraient sûrement mieux coordonner les horaires entre les différents modes de déplacements utilisés et réduire ainsi les temps de transfert. Ce travail collectif aurait un véritable impact positif sur la qualité du service", explique-t-il à nos confrères. L'étude souligne enfin que la solution passe peut-être, pour des zones rurales moins densément peuplées, par le développement de "nouvelles mobilités partagées". Autrement dit : le covoiturage et le bus à la demande pourraient avoir de beaux jours devant eux.