330px-Huysmans_-_photo_André_Taponier

Cladel_Huysmans

Sur le numéro du 7 novembre 1908 de la Revue hebdomadaire, Judith Cladel est présente avec Rodin et l’art gothique ainsi que Maurice Barrès, et Cladel l’est sur le numéro de la semaine suivante du 14 novembre 1908 à propos de Joris-Karl Huysmans. C’est un écrivain et critique d'art français, né le 5 février 1848 à Paris, et mort dans la même ville le 12 mai 1907. Ce qui pouvait le lier à Cladel tient sans doute à son admiration pour Baudelaire et Manet. Cet écrivain surprenant deviendra ensuite un admirateur de Zola puis se convertira au catholicisme au contact de Barbey D’Aurevilly, un autre lien avec Cladel.

Les documents que je reprends vont montrer que le lien Cladel-Huysmans sera certes fort, mais peu durable.

Si encore en mai 1878 Huysmans écrit à Cladel toute son admiration et en particulier avec le roman l’Homme-de-la-Croix-aux-Bœufs, «le livre couleur de sang», peu après l’arrivée sur la scène littéraire de Lemonnier va rompre les ponts entre les deux hommes puisqu’en août 1878 Cladel accuse Huysmans d’être photographe quand il espérait qu’il soit poète. Il faudrait pouvoir reprendre toute la correspondance Cladel-Huysmans (à la Bibliothèque de l'Arsenal) pour mesurer l’évolution mais disons qu’au cœur du débat, il y a Zola.

Pour Cladel, Zola est plus photographe que poète, et Huysmans se range du côté de Zola quand Lemonnier se range du côté de Cladel. Dans une lettre du 14 septembre 1878 à Hannon, Huysmans pose clairement le problème :

Je vais pousser également Zola à fonder un journal, puisqu'il en a envie et le peut, un journal où l'on soutiendra le naturalisme et l'impressionnisme pas avec des articles étonnants comme les derniers de Lemonnier, par exemple. — Un lapin ! à qui expliquer certaines de ses phrases, le mystère tellurique entr'autres — C'est de la poix à cordonnier tout ça !

Saperlotte ! l'Hugo apocalyptique le ronge ! Lemonnier — et il est poussé sur cette voie par les Cladel, Guinotte et autres derniers romantiques — enfin !

 Parions que Cladel a toujours été du côté de la poix de cordonnier.

J-P Damaggio