Mezamat de Lisle (1824-1902) a beaucoup écrit mais par un mystère qui m'échappe on ne trouve rien à son sujet. J reprens ici un compte-rendu d'une de ses études. Sur le livre 800 auteurs c'est un de ses descendants Henri de Mézamat qui fait la présentation. J-P Damaggio

 

Bulletin société archéologique 1900

 BIBLIOGRAPHIE. Gandalou (Castrum Vandalorum)

Par M.. CHARLES DE MÉZAMAT DE L'ISLE.

 Chaque jour voit éclaircir les ténèbres qui nous voilent l'histoire du passé dans notre région.

Et nous venons ajouter aux notes rapides que nous avons prises dans l'excursion à Gandalou l'analyse du travail consciencieux que notre confrère M. de Mézamat de Lisle a consacré à cette petite localité et à ses seigneurs.

Gandalou tire son nom des Vandales, qui certainement occupèrent ce lieu quand ils envahirent la Gaule méridionale et l'Espagne : Castrum Castellum Vandalorum.

Au Xe siècle, Gandalou appartenait à des princes de la maison de Toulouse. On trouve aussi parmi les donateurs de l'abbaye de Moissac Hugues de Saint-André et son frère Girard, vers 1006, et, en 1100, Raymond Bernard de Vandalon. Au XIIIe siècle, la seigneurie de Gandalou appartint à l'abbaye de Moissac, Mais elle en fut bientôt dépossédée, et lors du Saisimentum. comitatus Tolosoe, les consuls de Gandalou prêtèrent, en 1271, serment de fidélité au roi de France. Sous Philippe le Bel, le fief de Gandalou, le roi en étant suzerain, fut donné à Pierre de Galard. Gandalou eut ensuite pour seigneur, sous Charles V, Bertrand de Terride, et après ce fut le comte d'Armagnac, en 1401. En 1450, cette seigneurie passa dans la famille de Lissagaray, et plus tard aux Caumont, aux Montaut Saint-Sivier, aux Malartic, et enfin aux de La Broue, qui la possédaient encore en 1789. Le dernier seigneur de cette maison Joseph-Germain Paul de la Broue, seigneur de Gandalou, conseiller au Parlement de Toulouse, périt sur l'échafaud révolutionnaire, avec les autres membres de cette cour souveraine, en 1794.

Puis viennent plusieurs généalogies de maisons seigneuriales de ce pays. D'abord les de Grimoard, consuls de Castelsarrasin au XIIIe siècle, seigneurs de Castelferrus, de Villebrumier, de Montbeton. Puis ensuite les Cadeillan.

La dernière généalogie est celle des Caumont et des Pardaillan-Caumont.

Dans ces diverses études, M. de Mézamat de Lisle a déployé à un degré remarquable les qualités de l'historien et du généalogiste.

Baron DE RIVIÈRES.