pasolini

Quelle a été la réception de Pasolini au sein du PCF ?

La question s’inscrit dans le rapport toujours tendu entre PCF et PCI, puis dans les rapports tendus entre PCI et Pasolini.

Pasolini_et_les_jeunes_communistes_en_1974

Je viens de retrouver un dossier de La Nouvelle critique de Mai 1976.

Ce dossier est charpenté par Emile Breton qui a été longtemps critique cinéma dans la presse communiste et c’est donc par le cinéma qu’il s’est construit.

La Nouvelle critique était au sein du PCF le mensuel intello par excellence, en un temps où le PCF avait une presse spécialisée par chaque secteur de la société : les enseignants, les ITC, les économistes, les historiens, les paysans sans compter la presse des associations amies.

pasolini à Vincennes

Je n’ai pas les moyens de voir comment Pasolini s’inscrit globalement dans ce mensuel qui disparaît au tournant des années 1980 pour cause d’incompatibilité entre la ligne du journal et celle du PCF. L’hebdo Révolution viendra remplacer en même temps France nouvelle et La Nouvelle critique.

Donc le dossier est construit autour du film Salò et autour du débat avec la jeunesse.

Un texte majeur de Pasolini est repris : j’ai abjuré la Trilogie de la vie où le créateur évoque la possible récupération dont il a pu être victime et explique en conséquence pourquoi il abjure les trois films qui constituent la dite trilogie : Le Décaméron, Les Contes de Canterbury, Les Mille et Une Nuits.

De par sa réflexion et son action Pasolini s’est confronté aux mutations d’une société dont il s’est toujours situé au cœur, et les manipulations dont il a été victime me paraissent emblématiques d’un comportement médiatique devenu courant.

Une des photos où il débat, concerne une rencontre tenue à Vincennes suite à Médée. J-P Damaggio