alternative montauban 2

Si je prends le compte-rendu de la réunion du 16 octobre de ce mouvement je me permets quelques observations.

D’abord 150 personnes annoncées avec au moins 6 organisations qui soutiennent sans compter Place Publique qui s'est ajouté (25 présents en moyenne par organisation), si on enlève les membres des dits partis, qui sont les citoyens ? Ce n’est pas une critique mais un rappel : ces partis ont derrière eux et aujourd’hui, une politique, des idées, des méthodes. Voilà pourquoi quand je lis «les habitants et les acteurs du centre-ville étaient venus en nombre» je me permets d’avoir des doutes.

Prenons le cas «de la question fondamentale de la revitalisation du centre-ville de Montauban» pour laquelle le Conseil régional (les mêmes que la liste APM) met en place une politique plus médiatique qu'effective.

Pour Montauban, au moment de la première municipalité socialiste, l’installation du premier supermarché fut fortement critiquée par elle, puis par la suite, taxe professionnelle oblige (pour d'autres ce fut les bénéfices de la pub), l’arrivée des autres supermarchés a été célébrée, appelée et favorisée. Il est impossible de discuter du commerce en centre-ville sans poser clairement le rapport de force avec les puissances que sont les grandes surfaces.

Bref, on apprend que «ce qui marche à Cahors peut marcher à Montauban, pour peu qu’il y ait une volonté politique». La volonté suffit ? Vous voulez comparer le Leclerc de Cahors et ceux de Montauban ?

Et la gratuité des transports ? Voilà une bonne idée mais qui va trancher ?

En guise d’ateliers j’ai noté, au vu du compte-rendu, des vœux pieux plus que tout autre chose. Mais nous sommes au début de démarche…

Revenons cependant au fond de la question : les politiques sont là pour réaliser les vœux des citoyens ? On en appelle de plus en plus aux citoyens ce qui fut dès le départ la stratégie du FN : "vos idées sont les nôtres". Les politiques sont là pour gérer des budgets en conséquence toute proposition ne peut s'ajouter à une autre, mais va contre une autre. On s'occupe des écoles ou des trottoirs ? L'appel aux citoyens sert à masquer le fait que tous les citoyens n'ont pas les mêmes intérets. La politique n'est pas de faire parler mais de construire une cohérence. Bien sûr le dialogue est important mais ne masquons pas le cadre à savoir le pouvoir de décision. Et n'inventons pas le fil à couper le beurre tous les matins. J-P Damaggio

P.S. L'objectif "battre Barèges" ne peut pas être un projet.