Bénech éric

Il en faudra sans doute des tartines sur La Dépêche pour faire élire Bénech, à moins que les dites tartines n’aient un effet contre-productif (comme en 2014). Lisons bien ce que dit Bénech d’après La Dépêche :

"C’était dans son programme (d’Astruc), il n’y aura plus que trois trésoreries sur les douze du département, et au final une seule pour tout l’ouest du Tarn-et-Garonne, à Moissac"

En fait il y aura quatre trésoreries de plein droit : Valence d’Agen, Moissac, Montauban et Caussade.

Valence d’Agen n’est donc pas à l’ouest du département ? Et si la trésorerie de Valence est sauvée comment croire que la carte a été dessinée par Christian Astruc qui aurait peut-être préféré une trésorerie à Castelsarrasin ? (ceci étant pour les infos, on va depuis longtemps à Moissac !)

Il ne faut pas confondre (une fois de plus) la responsabilité du gouvernement, et celle du Conseil départemental, qui certes n’aurait pas dû approuver à mes yeux… puisque ça exonère en partie les vrais coupables ! A suivre. J-P Damaggio

 

Publié le 01/12/2019 à 05:15 , mis à jour à 05:28

Challenger à la mairie de Castelsarrasin, Éric Benech est bel et bien parti en campagne cette semaine. Après Gandalou, il a tenu à Courbieu, durant trois heures, une réunion d’échange et de débats où aucun sujet n’a été tabou.

Il l’avait assuré lors de l’annonce de sa candidature à la mairie de Castelsarrasin il y a trois semaines (notre édition du 10 novembre dernier), Éric Benech a lancé sa tournée de réunion dans les quartiers.

Une démarche pour le moins originale et inédite durant cette précampagne électorale, le candidat avec son équipe fait le choix, plutôt courageux, de se confronter aux questions des électeurs, à leurs griefs et leurs espérances.

Jeudi soir durant trois heures, c’est dans la petite salle de Courbieu qu’Éric Benech a mouillé la chemise en répondant à chaque question, sans filtre et avec clarté.

 

La circulation au cœur des préoccupations

"Que comptez-vous faire pour endiguer le passage des poids lourds ?", l’interrogent à plusieurs reprises les riverains du quartier impactés par les va-et-vient quotidiens des camions de l’APAG et des transporteurs de pommes. "C’est une problématique que l’on a relevée aussi lors de notre réunion à Gandalou avec des routiers suivant leur GPS pour éviter de traverser Castelsarrasin", explique le candidat relevant la nécessité de revenir à plan global de circulation de la commune "afin d’éviter que ces camions circulent partout et endommagent notre patrimoine de voies communales".

 

Un sujet sur lequel un autre riverain ne ménage pas la municipalité: "La circulation dans Castel est devenue impossible ! Pourquoi avoir mis en sens unique la rue Édouard-Herriot ?". "Tout devra être repensé sur cette question, assure Éric Benech mettant toutefois en garde l’assistance : "On ne va pas toutefois casser ce qui a été fait il y a peu". Avec humour, il confie: "Si on est élu, c’est sûr que la flamme de la place de la Liberté (face à la mairie), elle tombera dans la semaine (rires)".

 

La trésorerie enterrée par Christian Astruc, et l’hôpital de Moissac ?

C’est toutefois sur la défense des services publics que le candidat s’est montré le plus offensif. "Vous savez que Christian Astruc a signé en catimini la fermeture de la trésorerie de Castelsarrasin ?", annonce Éric Benech relayant l’article paru le jour même dans La Dépêche. "Pourquoi il a fait ça ?", demandent plusieurs personnes dans l’assistance. "C’était dans son programme, il n’y aura plus que trois trésoreries sur les douze du département, et au final une seule pour tout l’ouest du Tarn-et-Garonne, à Moissac", confirme-t-il. Il poursuit : "Il n’y aura plus que des points d’accueil dans des bars tabac". "Comment cela se fait que l’on a plus de trésorerie? On n’est pas la sous-préfecture!", s’exclame un habitant du quartier. "C’est pareil pour l’hôpital de Moissac, c’est la même majorité départementale soutenant un grand hôpital à Montauban qui met en péril notre établissement hospitalier de proximité", renchérit le candidat appelant les riverains à se mobiliser ce lundi pour assister à la réunion de soutien au CHIC, à la salle Jean-Moulin.

 

Derrière ce démantèlement des services publics, c’est "l’attractivité de Castel qui est en jeu", tonne E. Benech regrettant qu’en "étant à seulement 40 minutes de Toulouse avec notre sortie sur l’A 62", la commune n’est plus aucune aura. "Qui va vouloir venir habiter ici s’il n’y plus de trésorerie, plus d’hôpital? Et peut-être à terme de sous-préfecture?", s’interroge-t-il. "Et de crèches!", lâche un père de famille.

 

Alpha recyclage : "Il faut plus de clarté"

Question également sur toutes les lèvres ce soir-là: l’installation de l’usine Alpha recyclage composite (ARC), rue de l’Usine, contre laquelle les riverains sont farouchement opposés. "Il faudrait plus de clarté sur les rejets de cette installation?", s’agace un Castelsarrasinois. "La commune aurait dû proposer un bâtiment relais en zone à cette entreprise pour qu’elle teste son procédé sur lequel nous n’avons encore aucun retour, et pas en zone urbanisée", clame Éric Benech rappelant que "175 000 € d’argent public" provenant "de la commune ont été octroyés" pour la remise aux normes du site. "Et la caserne de Banel, on en fait quoi?", l’interrompt un autre riverain. "On n’en fera pas, nous, une opération immobilière", répète le candidat obtenant de son interlocuteur, le sourire aux lèvres, un : "À bon entendeur !"

 

Récupérer la manne de la Vélo voie verte

Le bilan fait, le challenger à la mairie de Castelsarrasin avance quelques propositions pour redonner son lustre à une commune qu’il dit décrépite. "Avec une Vélo voie verte empruntée par 80 000 personnes par an, dépensant en moyenne 63 € par jour, c’est une fenêtre inouïe pour la ville. Il faut les inciter à s’arrêter ici en mettant d’ores et déjà des aménagements adéquats pour cela", garantit-il pointant du doigt les faiblesses actuelles de la collectivité pour financer ses projets . "Il y a des subventions notamment de l’Union européenne via la région qui repartent à Bruxelles faute de projets et de demande", certifie Éric Benech concluant: "Castel doit redevenir le poumon de l’ouest du département".

Prochaine réunion le jeudi 5 décembre à la salle de la médiathèque, à 19 heures.

Max Lagarrigue t @MaxLagarrigue