Je reprends ici, à titre d'information les présentations des municipales par La Dépêche dans trois communes. JPD

La Dépêche Municipales-2020Tarn-et-GaronneBessens

Le 15 mars 2020, les Bessinoises et Bessinois seront appelés à élire les femmes et les hommes qui porteront, en leur nom, un nouveau projet à l’échelon communal comme intercommunal.

"Animé par la passion de l’engagement depuis déjà quelques années au sein du monde caritatif et artistique, familier de la sphère publique et de ses spécificités à travers mon métier d’origine, convaincu du potentiel de notre commune et pensant pouvoir contribuer à bâtir un nouveau cap avec une équipe dévouée, j’annonce ma candidature aux élections municipales de Bessens.

Aux côtés d’Armand Magnier, qui sera mon relais aux affaires intercommunales, nous avons construit ensemble, depuis quelques mois déjà, une liste sans étiquette composée de multiples talents réunissant à la fois des familles historiques et nouvelles de notre territoire autour d’une vision commune. Ces femmes et ces hommes aux qualités humaines indiscutables et issus de tous les pans de la société civile souhaitent s’investir dans le vivre ensemble, mettre leurs compétences au service de l’intérêt général et servir d’abord notre village. Le monde a changé. Bessens a grandi et a doublé sa population. Nos colistiers s’investissent pleinement dans un projet réaliste, innovant et inscrit dans la durée pour relever les nouveaux défis des prochaines décennies pour notre territoire et pour nos enfants. Je pense que notre commune détient plus que jamais toutes les ressources pour réussir ce challenge."

Le candidat se dit aussi convaincu que l’éthique doit présider à l’ensemble de son programme, il a été demandé à chaque colistier qui s’engage de signer une charte morale actant la séparation des affaires personnelles et des affaires publiques. Avec la liste Bessens à venir : avancer avec vous ! Adrien Raphet compte s’engager à promouvoir la présence et l’écoute privilégiant des rapports de proximité. L’adresse mail Bessensavenir2020@gmail. com vient d’être ouverte pour la campagne.

 

Montech Publié le 23/12/2019 à 05:09 , mis à jour à 08:07

Municipales-2020, Tarn-et-Garonne, Montech

Jacques Moignard, maire de Montech, dévoilait, ce vendredi, sa liste "Rassemblement pour Montech", qu’il présentera lors des prochaines élections municipales en mars 2020.

Avec le slogan "Cultivons notre bien vivre", la liste comporte 24 membres de l’équipe sortante sur les 29 candidats présentés il y a six ans.

Il y a donc cinq nouvelles personnes dans cette liste présentée par ordre alphabétique, un homme, Erasme Ndereyimana et quatre femmes, Joëlle Belliot, Isabelle Burcheri, Galina Fournier et Claire Gouny.

Pour Claire Gouny, sa candidature répond à un souhait de rendre service à sa ville. "Je me suis tout de suite plu dans cette ville lorsque nous sommes arrivés. Cela m’a donné envie d’agir et d’œuvrer pour elle".

"Faire perdurer la progression de la ville"

Très bien accueillie elle aussi, Galina Fournier trouve que "Montech est une ville charmante, où il fait bon vivre dans laquelle mes enfants pourront faire leur scolarité jusqu’au bac et plus".

"C’est un engagement de fidélité pour continuer nos projets, précisait Jacques Moignard. Nous voulons perdurer dans la progression de la ville, progression démographique et progression des infrastructures, de la sécurité, des équipements, de la vie associative et des divers aménagements qui font de Montech une ville où il fait bon vivre".

Le premier magistrat, candidat à un nouveau mandat, et toute son équipe ont le souci de tendre vers un équilibre entre le centre bourg et la nouvelle zone d’animations de la Mouscane et du quartier Lacoste avec le collège, le lycée et une nouvelle salle de sport multi-activités à côté du gymnase.

Interrogé sur les finances de la ville, le maire a précisé que "l’on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres. Le rapport de la Cour des comptes d’il y a deux ans prouvera, s’il le faut, que notre gestion est saine. Il y a 9 ans, lorsque nous sommes arrivés, le bilan était dans le rouge, ce n’est plus le cas aujourd’hui".

Enfin, le maire terminait cette conférence de presse en souhaitant que "les candidats des listes qui se présenteront soient des gens censés, sincères afin qu’il puisse y avoir de bons échanges pendant la campagne".

 

FINHAN Publié le 22/12/2019 à

Politique, Finhan, Tarn-et-Garonne

Jean-François Fernandez, maire de Finhan depuis deux mandats, a décidé d’être à nouveau candidat aux élections municipales de 2020.

Je souhaite continuer à mener à terme les projets lancés durant mes mandats et, évidemment, d’autres qui égrèneront ces six prochaines années si je suis réélu.

 

Dites-nous quelles sont ces réalisations ?

Malgré une vraie rigueur budgétaire, l’État ayant décidé de diminuer les aides aux communes, tout ce que nous avons promis, ou presque, a été tenu. Nous avons renégocié tous les contrats bancaires pour avoir de meilleurs taux. La rénovation des logements de la poste et de l’école ont été réalisés et loués. Le sol du bungalow a été changé, pour le plus grand plaisir de nos aînés. La rue des Michaux est enfin rénovée. Un skate park et une table de ping-pong ont été installés à côté du stade. L’éclairage de la salle des fêtes a été modifié par mesure d’économie d’énergie. Je suis fier d’avoir effectué tous ces changements avec toute mon équipe, sans pour autant augmenter les impôts locaux.

 

Et pour les six prochaines années ?

Nous avons en cours la réalisation de trois appartements chez l’ancien coiffeur, la création d’une maison des associations, la mise en place d’un conseil municipal des jeunes, la création d’une zone environnementale vers l’abattoir, avec un jardin partagé et l’aménagement d’un arboretum sur 2 000 m2. Ensuite, un Carrefour Market devrait voir le jour début 2020 et des négociations sont en cours avec la municipalité de Montech pour avoir recours, en cas de besoin, à leur police municipale. Enfin, un gros travail nous attend pour la révision du PLU en prévision de l’élaboration du Plui (plan local d’urbanisme intercommunal).

Le mot de la fin...

Tout ceci sera fait en vue d’améliorer le bien-être de nos concitoyens, et toujours sans augmenter la part communale des impôts locaux.