Sur_Le_média_Le_Nouvel_Obs_11_janvier_2018

Le Média

Voici deux ans exactement naissait une webtélé venue révolutionner le paysage médiatique dans le sillage de la campagne Mélenchon.

Un appel est lancé pour y souscrire, appel auquel je n’ai pas répondu car au cœur de la campagne Juquin était né Politis que j’ai fortement soutenu pour découvrir au bout de deux ans que le projet réel n’avait plus rien à voir avec le projet lancé. Et le projet du Média me paraissait trop beau pour être vrai.

Deux ans après les craintes exprimées dans cet article du Nouvel observateur se sont largement vérifiées et l’échec du projet n’est pas qu’un échec sur le plan médiatique (Le Média continue sous une forme youtube avec Denis Robert en nouveau pilier).

 Dans son livre sur La chute de la maison Mélenchon, Thomas Guénolé consacre un chapitre à cette question vécu de l’intérieur puisque son épouse en a été salariée. Il présent un historique minutieux qui est celui de l’article de l’Obs puis le lancement du premier 20 h le 15 janvier 2018.

Un mos après, le 19 février Aude Rossigneux, rédactrice en chef est viré et elle commente ainsi : « Ce média ne s’est pas comporté comme un média de gauche mais comme un média ultralibéral de la pire espèce. »

Et les couacs vont s’enchaîner. Petit à petit des signataires se retirent et les injures vont voler bas.

Thomas Guénolé révèle que dès le 5 février Sophia Chikirou crée une messagerie Telegram pour un groupe de discussion intitulé : « Le Vrai Média ». D’un côté il y aurait la façade et de l’autre la machine de guerre avec des jeunes de l’équipe Mélenchon préparant son élection pour 2022 ! Ce n’est pas une idée mais c’est un fait !

Mais puisque ce sont surtout des soutiens de LFI qui ont financé comment ne pas souhaiter que La Média travaille pour LFI ?

Le Média n’a pas fonctionné car il y avait loin de la coupe aux lèvres, je veux dire il y avait loin de l’esprit d’ouverture affiché à la réalité autoritaire du fonctionnement. Il y avait loin du propriétaire annoncé (celui qui verse des euros) au propriétaire réel : l’association Le Média avec Gérard Miler président et Sophia trésorière (les membres sont cooptés).

Significatif : Sophia Chikirou décide seule de créer un journal papier « qu’elle confie à deux journalistes Aude Lancelin et Kévin Boucaud-Victoire et exige que le premier numéro soit prêt dans un délai d’une semaine.»

Après la perte des soutiens, ce sont des rébellions qui s’enchaînent en interne et en six mois la moitié des journalistes partent ! Bilan : un affrontement entre Gérard Miller (qui veut tenir compte de la situation) et Sophia Chikirou (qui veut continuer sans se soucier de la situation).

Bref, en juillet même les plus proches soutiens de Sophia Chikirou la lâchent et elle est viré (avec des problèmes financiers en annexe) ce qui ne signifie pas que les soucis sont terminés.

Thomas Guénolé considère en conclusion : « L’ambition de Sophia Chikirou était démesurée par rapport aux moyens financiers, matériels et humains mobilisés. » Face à Russia Today par exemple Le Média ne pouvait pas faire le poids. En bout de course, dans notre société, tout est question de budget et de contrôle du budget ! J-P Damaggio