Quand la commission histoire du PCF a débuté son activité un appel a été lancé pour la récolte de témoignages. Il a été suivi de peu d'effets. Pour ma part j'ai commencé par interroger les anciens de ma cellule puis de ma section. Je n'imaginais pas qu'Elia Granier soit la belle soeur de Fernand Granier que j'avais croisé dans les archievs aux différentes élections légilslatives. Son témoignage apporte un éclairage unique sur les raisons du licenciement de Fernand Granier, raison mentionnée nulle part mais qui doit être la raison première les autres servant à masquer la première. Ce qui complète mes articles précédents sur le sujet pour mieux réaliser une biographie complète. Et sur le fameux Ginestet. J-P Damaggio

 Discussion avec Elia Granier.

Ferdinand Granier était son beau-frère. Elle est arrivée à Laguépie en 1926 pour aider au café et donc elle a connu Fernand comme secrétaire. Il a été licencié de son travail de secrétaire de mairie en 1936 avant les élections car il avait écrit un article dans La Voix Paysanne pour dénoncer l'attitude du maire qui faisait faire par la commune un chemin qu'il aurait du payer lui-même. Le Maire était aisé il avait un magasin à Toulouse, il venait d'acheter le moulin, et quand nous avons dû vendre notre café il est venu pour nous proposer de l'argent, il est même venu à l'enterrement de mon mari.

Oui, il faisait le cinéma mais c'était tout en faisant le secrétaire, c'était une activité supplémentaire, et il allait à St Antonin, Cordes, Najac. Il a eu une première voiture en 1928 qui avait deux places mais qu'il a du revendre. C'était une petite voiture de course. Une 5 chevaux Trèfle.

Il était marié avec une institutrice qui était à Lès sur la commune de Laguépie mais sa première femme est morte jeune de la tuberculose. Elle est morte en sana. En ce qui le concerne il est mort en 1946 non pas poitrinaire mais d'une angine de poitrine. C’est Ginestet qui a parlé à l’enterrement[1].

Pendant la guerre c’est son frère Hubert qui a été gazé. Lui était marin et son bateau a été torpillé. Beaucoup sont morts mais lui a réussi a être sauvé et j'avais même gardé la bouée mais on l'a oublié au déménagement. Tombé dans l'eau froide en hiver il est tombé malade et il a fallu longtemps pour qu'il guérisse.

Pendant la guerre 1939-1945 il a été capturé et envoyé en déportation en Algérie. Il s'est retrouvé en déportation avec Ginestet et avec Renaud Jean. Ginestet aussi semble-t-il a été député. Madame Granier a connu Ginestet et elle reste ébahie qu'un si petit corps ai pu porter une voix aussi extraordinaire. Mais elle ne savait pas qu'il était maire. Ginestet est mort à Decazeville.

L'arrestation de Fernand Granier : il a été dénoncé et alors qu'il avait pu partir de Marsillargues où il était secrétaire de mairie et où tout le monde avait été arrêté, il est pris chez sa femme à Caylus. C'est sa seconde femme.

Après 'la guerre il est à Villefranche où il est sous-directeur d'une entreprise d'aviation qui a été nationalisé.

Son père a vu Jaurès[2].

 

 

Discussion avec M. André Grandit à Laguépie, rue de la mairie

Je voulais en savoir plus sur Fernand Granier.

J'ai appris qu'il était mort à Villefranche de Rouergue et que l'enterrement, le camarde y était.  Il y a eu un rassemblement de deux mille personnes "bien plus" ajoute-t-il.

Il y avait tout le bassin houlier qui était venu avec des cars.

Il a été arrêté en 40 au moment même de la déclaration de guerre[3].

Il aurait été déporté en Algérie.

Pour Taillefer après la guerre il était parti dans le Nord[4].

Il était secrétaire de mairie mais le maire communiste l'a viré.

C'était un pur et un dur et le maire n’était pas un vrai communiste.

Il serait resté à la mairie jusqu'en 37 mais le maire dit Léontou pour raison politique l'a viré.

Il aurait été aussi secrétaire de section et à Laguépie la cellule aurait eu 23 membres environ. Après son licenciement il faisait le cinéma. Il n'a pas eu d'enfant[5].

Il aurait été arrêté en même temps que Ginestet.

Il avait un frère qui avait une ferme du côté de Monclar[6].

Autres renseignements : il y avait à Laguépie construite vers les années 30 une maison du peuple, la faucille et le marteau sur le monument au mort, et une bibliothèque d'au moins mille livres dont il ne sait ce qu'elle est devenue.



[1] Peut-être en plus de Louis Erignac.

[2] C’était même un ami de Jaurès né dans une commune à côté de Carmaux et il était venu à Laguépie chez sa femme.

[3] Erreur c’était en 1941

[4] Erreur, Taillefer est un communiste de Monclar.

[5] Erreur, il a eu deux filles.

[6] Là où vivait Elia Granier.