Une question toujours plus douloureuse pour moi sur laquelle je reviens encore en commençant par des banalités.

1 ) Le cadre général

L’islam est une religion (ou plusieurs religions).

L’islamisme est une politique de religieux (ou plusieurs politiques avec monarchies, républiques, dictatures...).

La question n’est pas celle de la radicalisation mais celle du principe qui par ailleurs domine le monde : la politique doit-elle être aux ordres des religieux ?

Contre cette politique la Révolution française a imposé une rupture jamais mise en place du côté de la Révolution des USA par exemple. Les évangélistes ne se distinguent pas de l’islamisme sauf qu’entre religieux ce n’est jamais l’entente cordiale (y compris entre islamisme à la turque, à l’iranienne ou à la saoudienne). La Révolution française n’a pas inventé la laïcité sous l’effet d’un coup de génie mais parce que le pays avait été traversé par des guerres civiles entre protestants et catholiques. La laïcité est devenue un bien commun populaire car elle a permis la coexistence entre toutes les croyances quand partout ailleurs sous l’effet de la domination d’un dieu, les autres sont pourchassés.

La Révolution russe en tant que fille de la Révolution française a fait la chasse aux religieux au nom de sa religion, si bien qu’aujourd’hui, même en Russie, les religieux reprennent le dessus d’autant que l’église orthodoxe est un enfant du pouvoir politique.

Bref, l’islamisme, à l’heure de la mondialisation est mondial même si en France il prend une tournure particulière, comme il a pris une tournure particulière en Algérie, en Inde ou en Angleterre.

2) L’amalgame

Dans le contexte français ils sont trois à favoriser un amalgame islam-islamisme. L’islamisme d’abord qui voudrait que tous les musulmans se rallient à son combat pour leur pouvoir. L’extrême-droite ensuite qui use de l’islamisme pour surfer sur un racisme classique contre les Arabes. Et tous ceux qui usent de l’islamisme pour effacer la crise sociale. Sauf que refuser cet amalgame suppose, comme je viens de le faire, de bien distinguer islam et islamisme et donc suppose une dénonciation aussi ferme de l’islamisme que de la crise sociale, car les musulmans sont les doubles victimes : des religieux et de la crise sociale. Là où les islamistes ont le pouvoir les musulmans continuent d’être victimes de la crise sociale.

3) Clémentine Autain et la question du voile

Elle est aujourd’hui le symbole d’une position qui divise depuis 1980 toute la gauche : le PCF, les Verts, le PS et les courants alternatifs. Pourquoi 1980 ? Car les islamistes d’Iran réussissent à capter à leur avantage la notion de république en faisant mettre genoux à terre aux USA ! Dans le cadre français on a la question du voile à l’école en 1989. D’un côté ceux qui pensent qu’on peut accepter et de l’autre ceux qui refusent. Accepter car il faut être "compréhensif" (au Québec on parle d'accomodements raisonnables). Refuser car c’est mettre le doigt dans un engrenage cher aux islamistes. Au même moment les islamistes vont tenter de prendre le pouvoir en Algérie suite à une crise sociale. A Gauche, les mêmes qui veulent accepter le voile à l’école sont ceux qui pendant toute cette guerre faite aux civils algériens étaient plus ou moins du côté de la «démocratie» des islamistes et contre «l’infâme» armée algérienne. Toute discussion sur la guerre que la France a faite à l’Algérie est d’autant plus utile si elle ne sert pas à faire l’impasse sur la guerre des années 90.

4 ) Du voile à l’islamophobie

La gauche a été au pouvoir de 1997 à 2002 mais elle a préféré très largement privatiser plutôt que de se pencher sur la question du voile, pourtant, elle a ensuite globalement voté la loi proposée par la droite en 2004 ! Double erreur : elle affiche sa lâcheté sur la question qui est au cœur de l’histoire de la gauche, elle laisse l’initiative à la droite et à l’extrême-droite qui ne peuvent que pervertir la question.

La loi sur le voile a divisé le PCF comme les autres partis, avec d’un côté Patrick Braouzec maire de Saint-Denis, totalement opposé, et de l’autre le maire de Montreuil, Jean-Pierre Brard totalement favorable. Leurs interventions se retrouvent dans un document du journal Point Gauche ! de 2004.

Les islamistes n’ont pas cessé de répéter que la loi allait soulever plus de problèmes qu’en résoudre, or il n’en a rien été, mais les islamistes savent perdre une bataille pour continuer la guerre. Ils en ont fait une démonstration éclatante en Algérie où ils ont accepté de perdre la guerre de 1990 en échange de faveurs multiples et diverses... qui les installent au pouvoir !

En France la loi va donner lieu à un nouveau combat : elle prouve l’islamophobie de la France. Ensemble, le mouvement de Clémentine Autain, a signé l’appel du meeting du 6 mars 2015 dénonçant «l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire » après les attentats de Charlie et de l’Hyper Casher. En compagnie de l’UOIF (à qui Ensemble reproche simplement d’être contre le mariage pour tous !), mais aussi de Participation et Spiritualité musulmane, du CCIF, du Parti des Indigènes de la République, les Indivisibles, Oumma.com, et la Junta islámica…. Le principe va devenir permanent : le terrorisme par un renversement génial permet de démontrer que la France est islamophobe ! Ce combat est aujourd’hui gagné par cette mouvance quand LFI a accepté de participer à la marche contre l’islamophobie le 10 novembre 2019. Le tournant de Jean-Luc Mélenchon et ses amis est facile à comprendre.

5) De l’islamophobie à LFI

Clémentine Autain est la voix de son parti Ensemble, un mouvement très faible mais qui est fortement présent dans les médias… et à l’Assemblée nationale ! Je connais ce mouvement car il a été la fusion d’anciens du PCF, du NPA et des Alternatifs, pour entrer dans le Front de Gauche, parti dans lequel j’ai pu voir à l’œuvre cette tendance chère à Clémentine Autain. Donc par les mystères de la vie de LFI Ensemble  a quatre députées, en conséquence si ces quatre députées quittent le groupe pour rejoindre celui du PCF, le groupe LFI disparaît ! Mélenchon a cédé après les élections européennes quand Clémentine a décidé par un Big Bang de mettre en cause la stratégie de LFI. Mélenchon a fini par donner raison à Clémentine Autain (vive l’union de la gauche) mais elle en demande toujours plus : aujourd’hui elle refuse la candidature de Mélenchon à la présidentielle pour promotionner une candidature unique de la gauche avec un nouvel appel dans les médias !

6) Clémentine Autain brille de tous ses feux

Après l’assassinat de Samuel Paty, comme après l’assassinat à Charlie Hebdo, elle crie sa colère contre l’islamophobie de la France. Cette fois, les petits génies de l’islamisme tunisien vont reprendre sa déclaration. Alexis Corbière, hier de la tendance laïque, interrogé sur la question à la télé, minimisa. La déclaration de Clémentine a été reprise par un média minuscule sans importance dit-il. MeemMagazine est un site dirigé par la fille de Rached Ghannouchi, le leader des frères musulmans en Tunisie ! Un média minuscule comme sont minuscules les Frères musulmans qui à travers le monde, avec d'autres provoquent des manifestations imposantes contre la France ?

Suis-je de mon côté tombé dans les bras de Marine Le Pen ou de Manuels Valls ? Une fois encore revenons à cette histoire d’hier : quand les anti-communistes dénonçaient le manque de libertés en URSS, la réponse était classique : regardez les tares du capitalisme. On sait où a conduit cette stratégie. Pour dénoncer les amalgames il faut mettre sur la table l’ensemble des problèmes. Jaurès savaient très bien en 1905 que les radicaux se servaient du thème de la laïcité pour ne pas installer une loi sociale comme celle du droit à la retraite. Sa riposte a consisté à mener tous les combats et non pas à en fuir un pour promotionner l’autre. Mais il n'y aura jaais deux Jaurès. JP Damaggio