Aujourd’hui le suis allé au salon du livre à Nègrepelisse, une petite ville que je connais bien et en arpentant les rues quelques souvenirs d’enfance me sont revenus : la maison du dentiste Poggi, le magasin de chaussures Jouany devenu un magasin de bijoux puis d’autres bien après.

A sa salon je savais surtout que je croiserai l’ami José Martin qui a tant donné au rugby et je voulais l’interroger à ce sujet.

Il y est arrivé par l’instituteur Padié et en cette commune radicale le rugby y était roi. Une courte tentative a existé pour installer le foot mais le foot c’était dans la commune voisine de Montricoux.

En ce jour triste - le club venait de subir une lourde défaite à Cahors - j’ai pu mesurer le rôle qu’a joué ce sport dans la vie de José. A Nègrepelisse mais aussi à Monclar puis à nouveau à Nègrepelisse.

Je l’ai compris beaucoup trop tard et j’ai raté au-delà de son cas un pan de la vie réelle. J-P Damaggio