13 novembre 2017

Ernesto Sabato en l’an 2000

A ce moment là je faisais fonctionner l’imprimante plus souvent que maintenant. Et par les mystères de la vie j’ai donc récupéré un entretien publié par Clarin le 4 juin 2000. Peut-être à cause du titre : « Dans la résistance habite l’espérance ». (le titre du livre qu’il venait de publier seulement sur internet) En fait d’espérance Ernesto Sabato en garde bien peu à la fin de sa vie. Son livre bilan de 1998 a été traduit en France en l’an 2000 et c’est sans doute suite à cette lecture de Clarin que je l’ai... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2017

Borges face à Montalban : l’amour

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2000, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée amour. Ils ne sont absolument pas de la même génération l’un étant né en 1889 et l’autre cinquante ans après en 1939. —Si je vous demande qui vous aimez le plus du peuple et des livres, je connais la réponse, déclare Montalban. —Je ne vous savez pas aussi superficiel ! —L’essentiel c’est ce qui se cache derrière les livres et peut-être y-a-t-il le peuple ? —Les livres sont l’emballage et le... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2017

Hôtel Florida, Buenos Aires

Il est toujours là, toujours debout à deux pas de la Place de Mai à Buenos Aires. Il est souvent présent sur les guides touristiques car dans la rue devenue piétonne qui lui a donné son nom il sert d’Auberge de Jeunesse. Au tournant des années 1975 le propriétaire était un homme généreux laissant un grand souvenir dans la mémoire des exilés d’Uruguay qui se précipitaient par centaines de l’autre côté de la mer-rivière. Un coup d’Etat militaire organisait la chasse aux démocrates, coup d’Etat militaire qui va, peu après, se produire... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2017

Bayer face à Montalban : L’exil

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2006, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée EXIL. Ils sont presque de la même génération l’un étant né en 1927 et l’autre dix ans après en 1939. —Tu as pu t’exiler ce que je ne pouvais faire, déclare Montalban. —Un exil en 1975 quand tu perds Franco ! —C’est vrai on croit que l’exil politique c’est une vieille histoire mais elle reste si présente. —En fait, si tu ne t’es pas exilé c’est que tu pouvais vivre sans ça ? Là Montalban s’étonna... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2017

Garibaldi à Buenos Aires

Parce que c’est dans le quartier Palermo le passant va croire que c’est le libérateur de Palerme qui est célébré par une statue de Garibadi Plaza Italia. En fait le nom du quartier n’a rien à voir avec la ville de Sicile mais tout à voir avec un habitant de Buenos Aires, fondateur du lieu et nommé Palermo. Quartier riche où de la Plaza Cortazar à la Plaza Italia on emprunte la rue Jorge Louis Borges pour arriver devant le chef des Chemises rouges. L’histoire a voulu que les dites chemises rouges soient un stock de vêtements destinés... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2017

Football et luttes sociales en Argentine

Le journal anarchiste argentin, el sol acrata a publié une étude sur le début du phénomène football. Vu le soutien populaire la première tendance a été d'évoquer la religion du football comme nouvel opium du peuple. Autrefois le dimanche il y avait trois activités : la messe, le football et les réunions politiques. Petit à petit le football a pris le dessus. Et le journal anarchiste La Protesta a décrété : 'la messe et le ballon ; les pires drogues pour le peuple." Sauf que des cercles anarchistes décidèrent de créer... des... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2017

1922 : Massacres ouvriers en Patagonie

C’est loin, c’était hier et qu’importe l’histoire ! Pourtant… Osvaldo Mayer a pendant des années étudié le cas de cette révolte des ouvriers agricoles dans le Sud de l’Argentine. Il a publié un livre traduit en français en 1996 par la petite maison anarchiste, Acratie. Ce qui déjà donne une idée d’un des aspects de la révolte. Ces massacres de masse (plus de 1000 personnes) ont existé au Pérou, à Trujillo en 1932, à Iquique au Chili en 1907 (je lui ai consacré un livre) et sans doute dans chaque pays des Amériques. A Santa... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2017

Argentine : modification des droits du travail

Le président millionnaire d'Argentine a lancé depuis la finoctobre une réforme des droits du travail. Les députés vont-ils la rejeter comme le demandent des syndicats ? Des syndicats mais pas tous les syndicats. Depuis les années 90 le syndicat officiel est concurrencé par une nouvelle organisation plus combative, le CTA. Ce syndicat a été traversé par des luttes de tendances avec la création de deux CTA, l'une dirigée par Pablo Micheli (sur la photo) et l'autre par Hugo Yasky. Pour lancer la lutte (une parmi des tas d'autres)... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2017

Osvaldo Soriano parle de Borges

Soriano__voque_Borges   L'écrivain très à gauche parle de Borges dans Rebelles, rêveurs et fugitifs. Donc il parle de l'Argentine et sa conclusion donne à refléchir : "Rares sont les hommes qui ont fait quelque chose pour ce pays et qui ont pu ou voulu s'y reposer. Mariano Moreno, le révolutionnaire, est mort en mer; San Martin, le libérateur, en France; Rosas, le dictateur, en Angleterre; Sarmiento, le civilisateur, au Paraguay; Alberdi, celui de la Constitution, à Paris; Gardel, qui nous a donné une autre voix, en... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 novembre 2017

Bayer face à Montalban : La révolution

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2006, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée Révolution. Ils sont presque de la même génération l’un étant né en 1927 et l’autre dix ans après en 1939. —Parlons clairement, tous les deux nous sommes du côté de la Révolution, déclare Montalban. —La mienne est plutôt anarchiste teintée de communisme et la tienne communiste mais  teintée d’anarchisme. —Avec un point commun : notre immense optimisme de la volonté limité par un non moins grand... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :