28 juin 2017

Karla Suarez en Italie

Pour Karla Suarez que j'ai croisé dernièrement aux côtés de Léonardo Padura, j'ai fait l'effort de la traduction de son article d'il y a dix ans. Dix ans déjà et pourtant elle semble si jeune... J-P Damaggio   28 juillet 2007, El Pais, Karla Suárez  On dit que tous les chemins mènent à Rome, mais si nous les prenons en sens inverse, toutes les routes nous mènent loin de Rome. L'un des plus anciens est la Via Salaria, il part de la capitale italienne pour mourir dans la mer Adriatique, et son itinéraire traverse non... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juin 2017

Padura et Cuba

La question inévitable lui a été posée : comment voyez-vous le futur de Cuba ? Pourquoi seulement le futur de Cuba ? Qui a imaginé voici deux ans que Trump serait le président des USA ou Macron le président de la France ? Il évoquera seulement l’existence du tournant de 1993 qu’une Cubaine de ses amis, Karla Suarez a évoqué dans un roman, La Havane année zéro. Cette dernière sera plus précise que lui, en datant le tournant du changement de rapports avec la double monnaie, la monnaie locale et le dollars. ... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juin 2017

Leonardo Padura journaliste romancier

Je ne connais aucun recueil d’articles de presse de Leonardo Padura mais en ce jour de débat à La Librairie de la Renaissance de Toulouse la présentation commence par l’évocation de cette double écriture, celle de journaliste et celle de romancier. Le journalise se veut dans la réalité, le romancier peut être un peu au-dessus. Deux écritures qui ne peuvent se confondre mais qui peuvent s’épauler. Pour lui comme pour d’autres il y a une fonction alimentaire première à cette fonction de journaliste. Il faut des années pour... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2017

Entretien avec Leonardo Padura

 Propos recueillis pour Télérama par Gilles Heuré  Publié le 29/05/2016. Leonardo Padura lors du festival Etonnants voyageurs à Saint-Malo, en mai 2016. Quand certains ont choisi l'exil, il a préféré rester à La Havane, où ses livres sont tous publiés et primés. Cette fois, Leonardo Padura a écrit des nouvelles (en français), où il évoque l'expérience douloureuse des Cubains en Angola. Le dernier né de l’écrivain cubain Leonardo Padura n’est pas une aventure de son personnage Mario Conde, mais un recueil de nouvelles... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 décembre 2016

Inaam Kachachi à Toulouse

Par quel mystère le Marathon d’automne à Toulouse a-t-il pu infiltrer une Irakienne dans le cadre d’un thème très nordique ? Parce que l’animatrice de la séance du 9 décembre au Musée Paul Dupuy a découvert un lien entre l’œuvre d’une Danoise Anne-Catherine Riebnitzsky et l’Irakienne Inaam Kachachi née à Bagdad en 1952 ? Je ne vais rien dire de la Danoise même si à l’écouter j’ai envie de lire son premier livre traduit en français, Les Guerres de Lisa, pour le consacrer à la journaliste et correspondante de presse pour... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 novembre 2016

Jean-Claude Lebrun a lu Louis Guilloux

Humanité 29 janvier 1999 Louis Guilloux ou l'esprit de révolte L'écrivain du peuple Il fut un temps où des instituteurs de la " laïque " faisaient lire à leurs élèves  la Maison du peuple", hymne à l'appropriation de la culture par la classe ouvrière et à l'éveil politique qui pouvait en résulter. Mais aussi, avec un sens aigu de la contradiction au cœur du mouvement historique, mise en garde devant les capacités de récupération idéologique de la bourgeoisie. Le livre, publié en 1927, s'inscrivait à la croisée des deux... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 octobre 2016

Veyres a lu De Scorbiac

Les Nouvelles du Tarn-et-Garonne 19 octobre 2016  Le roman d’une vie Il s'appelait Martin et se souvenait des saisons passées, en ce mois d'avril, quand le rossignol chantait, annonçant la saison nouvelle. Sa vie défile (1). Il l'a passée à creuser la terre. Veuf, il est seul dans sa vieille maison de brique où ses ancêtres l'ont précédé dans ce Bas-Quercy traversé par les serres au pied desquelles s'étirent de maigres ruisseaux. C'est l'évocation des récoltes, des travaux à venir : «l'épanouissement d'une vie dépendait de... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2016

Michel Veyres a lu Michel Ferrer

Voici la présenttion du dernier livre de Michel Ferrer par Michel Veyres dans les Nouvelles du Tarn-et-Garonne. J-P D. Le citoyen cheval C'est un roman original qui nous vient de l'écrivain saint-antoninois Michel FERRER qui a surpris les conversations (1) de deux quadripèdes : deux chevaux, à Poupel tout près de Montauban en allant vers le Fau. Entre deux touffes d'herbe tendre, broutées sur le bord du Tescou, Ernest le plus âgé des deux, un vieux percheron à la retraite, fait l'éducation de Polo, un jeune pur-sang arabe. C'est... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2016

Avec de Scorbiac, du grain à moudre

Pas surprenant si, à la présentation de son roman, à la librairie Deloche, est apparu cette métaphore agricole. D'un côté ce grain qu'il faut semer et de l'autre ces grains qui restent à moudre pour obtenir la précieuse farine. Oui, comme Olivier de Scorbiac le note "un gain est toujours précédé d'une perte" et on a là le sentiment qu'en fait de roman, la page suivante est un essai de philosophie pratique. Pour que le grain à moudre devienne plante il doit se défaire de son statut de graine pour celui de plante, qui elle-même... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 septembre 2016

Poulido de Raymond Lacaze

Comme indiqué précédemment le hasard m’a poussé vers ce mini-feuilleton concernant Raymond Lacaze. Donc, aujourd’hui, avec grand plaisir, je vais vous parler de la Poulido chère au romancier. La première phrase du roman tombe sur la tête de la jeune fille comme une guillotine : « Tout simplement parce qu’elle ne l’était pas, on l’appelait Poulido.» Et l’auteur de préciser en note que Poulido signifie jolie. Toute la question est de savoir qui est Poulido, mais aussi qui est « on ». Manifestement... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :