28 décembre 2016

Un Vazquez Montalban inconnu

 Il y a sans doute dix ans à une assemblée générale de la Compagnie des écrivains à Montauban j’indiquais que ma passion, c’était de lire et d’écrire sur Vazquez Montalban. Je venais de terminer un texte sur l’oxygène de l’écrivain catalan, je débutais un livre qui deviendra : Vazquez Montalban derniers instants et je rêvais à un Pepe Carvalho libéré de la prison où son auteur l’avait définitivement laissé enfermé. Voir texte disponible : Pepe controverse à Valladolid.  Jean Real, un écrivain-cinéaste que je ne... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 décembre 2016

Vazquez Montalban et Cuba

L’écrivain catalan a pu circuler dans les couloirs du pouvoir. Il a pu rencontrer Castro et ses ministres… En même temps il a toujours été critique. A-t-il essayé de maintenir l’équilibre entre éloges et critiques ? Montalban n’a jamais joué aux équilibristes. Il devait ses bonnes relations avec les autorités à sa connaissance incontestable de toute la réalité cubaine. Son livre sur Castro se distingue de tous les autres par les nombreuses références autobiographiques affichées, sous la forme de l’autodérision. Un des points... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2016

Vazquez Montalban et Gauguin

LA_LONGUE_FUITE Je reprends ici une partie d'un texte à mes yeux crucial dans l'histoire de Vazquez Montalban. Comme il y a fidélité et fidélité, il y a fuite et fuite. J'ai la conviction que derrière le mot fuite, il existait dans la tête de Vazquez Montalban la douleur d'une fuite, celle des Républicains espagnols en 1939 et celle de ceux qui suivirent, or le jeune Vazquez resta en Espagne. La fuite est parfois un lâcheté et parfois non. Bonne lecture. JPD
Posté par Livre social à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2016

Place Vazquez Montalban

Emotiva inauguració de la plaça Vázquez Montalbán de Barcelona Place Vazquez Montalban Un 3 février 2009 le temps était pluvieux. Mais c'était la semaine du roman noir à Barcelone alors il fallait une pensée pour Manolo plus de cinq ans après sa mort. Tous étaient présents autour d'une plaque. Pour la mémoire et le souvenir ? Mais alors pourquoi le maire Jordi Hereu reconnaît que l'écrivain n'aurait peut-être pas aimé se retrouver là, sur cette place (il en aurait discuté) ? Non pas à cause du quartier, le sien, mais à cause de... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 janvier 2016

Vazquez Montalban en italien

  Siracusa 1997. Manuel Vázquez Montalbán intervistato dal giornalista Carmelo Maiorca.    J'ai tenté l'impossible : trouver une vidéo où Vazquez Montalban lit un de ses poèmes. Mon information était la bonne : c'est bel et bien impossible. Alors j'ai voulu savoir quel italien il parlait. Et j'ai découvert deux ou trois vidéos liées à la Sicile car c'est par Sciascia le Sicilien que l'écrivain catalan est devenu une référence en Italie. Le titre de l'entretien est problématique et Montalban en dit un mot à la... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2016

Relire l’homme de ma vie

Dans ce polar de l’an 2000 qu’en France l’éditeur a sous-titré le retour de Carvalho il s’agit surtout du retour de deux femmes, Charo et Yes. Involontairement Charo ramène d’Andorre toutes les théologies possibles et particulièrement la Théologie de l’Alimentation mais aussi, sans le savoir, la Théologie nationaliste. Anfrúns ne fait-il pas observer à Pepe : « L’époque est à la théologie, Carvalho, tout ce qui peut se dire sur l’avenir est de la théologie, personne n’en ayant fait les plans, et le néo déterminisme... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2015

Barcelones, 31 décembre 2000

    "On était à 24 heures de la première fin du millénaire, qui laissait ouverte une possibilité de second millénaire le 31 décembre 2000, et, pour la farce festive et annuelle, la ville s’était contentée d’en remettre une couche. Peut-être un peu plus de lumières et d’achats. Sur la place de la Cathédrale, les stands de santons, dans une lutte fratricide de plus en plus âpres avec les pères Noël de chiffon ou de plâtre, et les merveilleuses crèches dans leurs décors construits à grand renfort de liège et de mousse, de... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2015

Des plasticiens face à Vazquez Montalban

peintres_face___vazquez_montalban  L'institut Cervantès de Toulouse, après d'autres (en particulier en Allemagne) vient de proposer le regard de peintres sur les romans où on trouve Pepe Carvalho. Même s'il s'agit de photos à la qualité modeste qui imposent pour ceux qui le peuvent de passer par l'Institut pour y regarder de plus près, j'ai souhaité proposer ce "reportage". J'avoue que l'idée était un défi : comment un plasticien, avec ses moyens propre, pouvait-il faire œuvre en transcrivant une émotion issue de la lecture ?... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2015

Vázquez Montalbán Georges TYRAS

Présentation d'une conférence par l'Institut Cervantès de Toulouse. Jeudi 26 novembre à 18h30, à l’Instituto Cervantes Entre mémoire et désir, un itinéraire Montalbán PAR Georges TYRAS [traducteur de manuel vázquez montalbán] Manuel Vázquez Montalbán (Barcelone, 1939-Bangkok 2003) est très connu pour sa série de romans noirs qui ont pour protagoniste l’inoubliable détective privé Pepe Carvalho, amateur de cuisine et de politique. Mais Montalbán est également l’auteur de splendides romans “blancs”, d’essais pénétrants et de... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2015

MVM et Sciascia

Voici on approche de la fin de ce petit feuilleton Vazquez Montalban qui tient à l'expo présentée à partir de demain à l'Institut Cervantès de Toulouse. Pour diverses raisons, l’Italie aura joué un grand rôle dans la vie de MVM ce qui va se traduire par un roman sur César Borgia, la famille Borgia ayant eu un pied en Catalogne et l’autre en Italie, un roman dans lequel, comme deux autres de l’auteur, j’ai eu du mal à entrer : Ou César ou rien. Pour le poète MVM la référence italienne s’appelle Pavese mais pour le romancier il... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :