12 août 2018

Marseille et Vazquez Montalban

Il arriva à Vazquez Montalban d’écrire des courts métrages de sept minutes pour l’écrivain surprenant, Jean Réal. Voici celui concernant Marseille. JPD   1 ) Marseille depuis le pont d’un bateau. Jour Petit-jour. La caméra s’attarde dans la contemplation de la ville au fur et à mesure que le jour se lève et que le bateau approche du port. Soudain, un flash transforme la ville en une photo fixe. NIKON   2 Port de Marseille. Extérieur. Jour. Bateau de passage mouillant au port. NIKON   3 Port de Marseille.... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2018

Mario Benedetti poète

Sur le beau site internet de poésies Terre des Femmes on trouve quelques textes de Benedetti traduits. Sur ce site espagnol il s'en trouve beaucoup Pourquoi a-t-il était si peu traduit en France ? Je ne parle pas seulement du poète mais du romancier, de l'essayiste, du journaliste. Si Vazquez Montalban m'a beaucoup marqué, le cas de Benedetti que Montalban admirait est, encore plus fort. J'ai lu La Trève pris par hasard à la BM de Montauban au début des année 1990 et le livre me hante depuis ce jour. Il existe chez Benedetti une... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2018

Le Sud selon Vázquez Montalbán

le_Sud_suivant_Montalban Le texte que je joins qui commente un analyse du cas Benedetti ne surprendra pas le lecteur du roman du Catalan Les mers du sud et particulièrement le chapitre 21 qui est central où on retrouve exactement les suds évoqués : Quasimodo, Melville, Eliot, Pavese mais ceci étant il ne mentionne pas Benedetti. Avec bien sûr, en plus le point de vue de Carvalho : "-De la littérature. Il postillonna avec mépris : - Oui vraiment il me semble que ça n'est que de la littérature. Quel chien a donc mordu les gens avec... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2017

Vázquez Montalbán face à l'Argentine

J'ai déjà publié quelques ébauches de dialogues impossibles entre Vázquez Montalbán, Borges,Bayer et Soriano. Les voici en entier : Montalban_face_à_l'Argentine Vázquez Montalbán a beaucoup écrit et beaucoup voyagé. En Amérique latine ses trois références furent le Mexique, le Guatemala et l’Argentine. Dans Le Quintette de Buenos Aires, son Argentine, par Pepe Carvalho interposé, est célébré par trois mots : Tango, Maradona, Disparus. Trois mots qui font horreur à Jorge Luis Borges que cependant Montalbán classe parmi... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 décembre 2017

Borges vu par Vázquez Montalbán

Dans Le scribe assis de Vázquez Montalbán présente quelques portraits d'écrivains incontournables dont celui de Borges que je traduis ici. N'étant pas champion en traduction je donne aussi pour les hispanophones le texte en espagnol (par exemple il y a le mot coca que j'ai traduit par coque de bateau sans être sûr, le mot veut dire bilboquet en Colombie !). Dans ce même livre Vázquez Montalbán évoque Borges à propos de Sciascia dont il considère qu'il est un des trois auteurs de référence du Sicilien avec bien sûr Pirandello et... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 décembre 2017

Le prix Pepe Carvalho

L'écrivain estadounidense (étatsunien) James Ellroy a obtenu le prix Pepe Carvalho 2018 pour le roman noir. Il lui sera remis le 1er février pendant le Festival du polar qui aura lieu à Barcelne entre le 29 janvier au 4 février. Le jury était composé de Carlos Zanón, Antoni Iturbe, Andreu Martín, Rosa Mora, Daniel Vázquez Sallés, Sergio Vila-Sanjuán et Paco Camarasa.  James Ellroy (Los Ángeles, 1948) a vécu une enfance et une adolescence rebelle après l'assassinat inexpliqué de sa mère en 1958. Il entrera dans l'armée, en... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 décembre 2017

Vazquez Montalban lit sa poésie

Vidéo Montalban lit sa poésie   Ce documentaire de quinze minutes montre Vazquez Montalban lisant ses poésies. Il y en a deux ci-dessous pour suivre avec le texte. Je vais y ajouter Françoise Hardy dès que possible. Maiqs tout est en espagnol. JPD “Paseo por una ciudad”  Paseo por una ciudad sin orillas miente la tarde espejos despedidas humos que denuncian retornos me deja solo el paso de muchachas alejadas no pronuncian mi nombre no decretan mi muerte entonces regreso a los artesonados pasillos del recuerdo ... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2017

De l’ETA aux GAL avec Montalban

Voici un autre billet de Montalban où encore une fois Pujol est en mauvaise posture. Mais il n’est qu’en posture périphérique car l’essentiel c’est de dénoncer les GAL. Autant Montalban a dénoncé le terrorisme de l’ETA autant il a dénoncé la répression d’Etat mise en place avec le GAL par le PSOE, en toute impunité. Je mets le texte en espagnol et toute suggestion pour améliorer ou compéter la traduction est bien venue. JPD  El País 27 mai 1996 La tenaille Les graffitis contre les juges et en faveur de Rodriguez Galindo... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2017

Vázquez Montalbán : le football

En mars 2005, donc à titre posthume le fils de Vázquez Montalbán assure la publication du livre auquel son père avait mis la dernière main juste avant de mourir. Ce livre est aussitôt traduit en italien : el calcio. En espagnol, Fútbol una religión en busca de un dios. Le livre débute par un essai global dont le fils dit qu’il avait été publié en partie en Italie mais aussi au Mexique sur le revue Nexos et en France sur Le Monde diplomatique. Les articles sont donnés dans l’ordre d leur parution à partir de trois... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2016

Un Vazquez Montalban inconnu

 Il y a sans doute dix ans à une assemblée générale de la Compagnie des écrivains à Montauban j’indiquais que ma passion, c’était de lire et d’écrire sur Vazquez Montalban. Je venais de terminer un texte sur l’oxygène de l’écrivain catalan, je débutais un livre qui deviendra : Vazquez Montalban derniers instants et je rêvais à un Pepe Carvalho libéré de la prison où son auteur l’avait définitivement laissé enfermé. Voir texte disponible : Pepe controverse à Valladolid.  Jean Real, un écrivain-cinéaste que je ne... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :