27 octobre 2019

Leonardo Padura aguas por todas partes

Quand j’ai commandé ce livre en espagnol je pensais qu’il s’agissait d’un livre d’articles de presse qui en fait sont difficiles à obtenir. A la réception, j’ai constaté qu’il s’agissait de textes inédits que Padura a écrit au fil des ans au sujet de son activité littéraire. Ils sont tous passionnants car ils nous font pénétrer dans l’intimité de la création. Mais aussi, en particulier pour le texte concernant l’homme qui aimait les chiens, nous découvrons les suites rocambolesques de la publication. Cuba est le cœur battant de... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2019

Marx, le déterminisme et le mysticisme

Dans un article récent René Merle revient sur cette question décisive du rapport que Marx a entretenu avec le déterminisme. D’où la question qu’il pose: «Tout au contraire [«du marxisme vulgaire»], même si à l’évidence les hommes vivent dans des conditions déterminées, qu’ils ont reçues et non choisies, ne possèdent-ils pas la faculté de choisir librement leur mode d’action dans le cadre de ces conditions ? » Les conditions déterminées font que la liberté consisterait donc à s’activer à partir de la connaissance des conditions... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2019

Montalbán /Padura, le face à face

Ils se sont mis à deux pour étudier les rapports entre Montalbán et Padura : Àlex Martín Escribà et Javier Sánchez Zapatero. Le polar cher à Montalbán proviendrait de la mort de Franco et celui cher à Padura de l’époque spéciale à Cuba quand en 1989 s’effondre l’URSS. Le sous-bassement de cette apparition tiendrait au travail journalistique que les deux ont accompli avant ce saut littéraire. Pour Padura il y a eu sa contribution à Juventud Rebelde à La Gaceta de Cuba et à El Caimán Barbudo. Pour Montalbán, sa colonne... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2019

Padura sur Youtube

Padura comprend le français ou le portugais mais il ne parle qu’espagnol. Leonardo Padura face à Pablo Iglesias https://www.publico.es/publico-tv/otra-vuelta-de-tuerka/programa/660090/leonardo-padura C’est le meilleur youtube avec Padura car il permet un survol de toute la vie de Padura. C'est là que j'ai pris la photo du jeune Padura armé pour le Beisbol.   Un entretien avec Padura à Managua https://www.youtube.com/watch?v=FDr64pon430 Une vidéo de 23 minutes   Présentation de La Transparence du temps (2018) ... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2019

Comment j’ai croisé Padura ?

C’est à cause d’une journaliste nommée Delphine Peras qui écrivait alors dans L'EDJ en date du 18 AU 24 JUIN 1998. L’EDJ c’était l’Evènement du Jeudi qui est ensuite devenu Marianne. Née en 1967, Delpine Peras maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne, DESS à l'Institut français de presse (IFP), après avoir travaillé à L'Evénement du jeudi est passée à Telerama, à L'Optimum, à France Soir, à Lire, à RTL ("Les livres ont la parole" avec Bernard Lehut). Actuellement journaliste à L'Express et elle utilise Mafalda comme référence à... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2019

Padura Montalban la fidélité

La fidélité n’est pas forcément un choix, peut-être juste un accident. La fidélité n’est pas une gloire peut-être juste une lâcheté. Dans tous les cas la fidélité a été transformée par le marxisme. Du fidèle à une religion qui fait de la notion une soumission, l’homme a pu devenir fidèle à une révolution historique. Padura a-t-il, involontairement ou volontairement, copié Montalban ? Ou la lutte des classes internationale peut-elle conduire inévitablement à des comportements similaires suivant un déterminisme social ? ... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2019

Mes écrits sur Padura en 2011

Mes__écrits_sur_Padura_en_2011 Tout a commencé par La Jornada au Mexique en janvier 2011. 1 ) 4 janvier 2011, Mexique-Cuba-Padura.  J’avais déjà lu Padura dix ans avant mais c’est L’homme qui aimait les chiens qui m’a poussé à chercher du Padura ici ou là. 2 ) 28 janvier 2011, Trotsky, Mercader et Iván.  Marqué par cette lecture j’ai écrit ensuite : 3 ) 29 janvier 2011, L’homme qui aimait les chiens. JPD
Posté par Livre social à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2019

Padura lu au Québec

Voici un article du Devoir sur le dernier roman de Padura. Surtout des généralités. JPD «La transparence du temps»: l’heure bleue Après avoir été journaliste, Leonardo Padura va dériver peu à peu vers la fiction avant de devenir romancier à l’aube de la quarantaine. Christian Desmeules , Collaborateur, 13 juillet 2019 Mettons cartes sur table : Leonardo Padura est aux yeux de plusieurs le plus grand écrivain cubain de sa génération. Et, bien qu’il soit surtout connu pour sa série de polars à succès mettant en vedette Mario... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2019

Padura, Montalban, Cuba

Tout en plantant mes plans d’épinards, de mâche et de roquette je faisais marcher ma machine à rêver comme l’ont fait tant de paysans à travers le monde. J’imaginais un colloque Padura, Montalban au sujet de Cuba. Non, pas un colloque universitaire de plus, mais un colloque populaire dans un pays neutre, la France. Un pays neutre ? N’oublions pas le petit différent entre Cuba et l’Espagne : la colonisation ! Un des éléments du colloque, qui venait de débuter par le face à face football cher à Manolo et beisbol cher à... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2019

Padura le journaliste et Michel Houellebecq

La question que j’aurais voulu poser à Padura concerne les rapports qu’il entretient encore avec le journalisme. Il évoqua la question quand il expliqua qu’après avoir abandonné l’idée de gagner sa vie avec le base-ball il avait voulu entrer dans une école de journalisme mais voilà, le pouvoir avait décidé qu’il n’y avait plus de poste, le pays étant assez doté en journalisme, il s’orienta vers des études littéraires ! En fait il suffit de chercher sur internet pour répondre à la question.. Les écrivains latino-américains... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :