25 avril 2018

68 sur mon ancien blog

Voici quelques liens d’articles anciens sur 68 dans mon ancien blog qui indiquent clairement que j’étudie cette question depuis des années. JPD 24 août 2010 : 68, un début ou une fin ?  25 juillet 2014 : Le productivisme en 68 par Pierre Kende  4 novembre 2011 : Péquins à Montauban en 68  3 octobre 2013 : 2 octobre 68, Mexico, le massacre  3 septembre 2011 : Expo Ramey en 68  5 mai 2010 : Benedetto en 1968  11 mai 2009 : Ecole Normale à la rentrée 68 à Montauban ... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 février 2018

Les jésuites, San Ignacio et Vázquez Montalbán

Dans son roman Milenio, Vázquez Montalbán fait passer Carvalho et Pepe par l’Argentine qui sera visitée du nord au sud. Ils sortent du pays par le nord-est et visitent donc San Ignacio. C’était en l’an 2000 et l’effet du film Mission était plus présent qu’aujourd’hui. Je partage cette présentation. JPD    Milenio, Vázquez Montalbán Pepe Carvalho et Biscuter visitent San Ignacio  Une fois qu’il aurait mis les chutes dans sa collection l’attirait ce qui restait des missions jésuites, la tentative de Cité de Dieu... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 novembre 2017

Le pouvoir, selon Vázquez Montalbán

Le 13 mai 1996, dans son billet hebdomadaire publié sur El Pais, l’écrivain propose un texte qui n’est pas sans résonnance avec l’actualité, même vingt ans après. A ce moment là, en titre du journal, Bossi pour la Ligue du Nord en Italie annonce la création d’un gouvernement pour la Padanie, Henri Batasuna existe toujours (le parti sera ensuite interdit) en relais politique de l’ETA pour inciter l’organisation terroriste à laisser les armes au nom du politique. Oui qui tire les ficelles derrière les figures de la classe... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2017

Lluis Llach, Montalban, nationalisme et fascisme

Dans le dialogue déjà évoqué entre le chanteur et l’écrivain, Montalban déclare sans détours : « Je crois que le nationalisme porte en lui un certain risque de dérive vers une forme de fascisme suivant la façon de l’interpréter ou de l’analyser.» Luis Llach répond : C’est très clair. » Ce point est vrai pour le nationalisme espagnol comme pour le catalan sauf que celui de « Madrid » a déjà causé beaucoup de drames en Catalogne alors qu’à ce jour l’inverse n’est pas vrai. Montalban qui n’aime pas les... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2017

Borges face à Montalban : Le futur

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2000, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée futur. Ils ne sont absolument pas de la même génération l’un étant né en 1889 et l’autre cinquante ans après en 1939. —Alors que votre sens de l’histoire me semble linéaire, vous plaidez pour le futur par des cycles sur le long terme. déclare Montalban —Sans conception du futur on tombe dans l’immédiateté et donc la futilité. —Vous avez eu peur toute votre vie et en premier lieu, peur de votre futilité. ... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2017

Lluis Llach, Vazquez Montalban, les médias

  Dans l’entretien évoqué dans mon précédent message un point est étudié aussi bien par l’écrivain que le chanteur, je veux parler des médias compris comme les grands médias écrits ou télés. Le point est venu dans la discussion quand Montalban a noté qu’il n’y a rien de pire que la politique des médias pour accroître l’affrontement entre les forces centrifuges et centripètes : «une conspiration ni explicite ni pacté entre les médias». La réflexion provient d’un exemple sportif : la dépendance créée chez les... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 octobre 2017

Borges face à Montalban : Les classiques

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2000, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée éternité. Ils ne sont absolument pas de la même génération l’un étant né en 1889 et l’autre cinquante ans après en 1939. —J’ai appris que votre prochain roman a un titre très connu Erec et Enide, demande Borges.   —Très jeune j’étais déjà un admirateur de Chrétien de Troyes. —Une passion pour le Moyen-âge français ? —Catalan aussi. —Pourtant vous n’êtes pas du côté des classiques ? Là... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2017

Borges face à Montalban : le football

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2000, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée amour. Ils ne sont absolument pas de la même génération l’un étant né en 1889 et l’autre cinquante ans après en 1939. —Si je vous demande qui vous aimez le plus du peuple et des livres, je connais la réponse, déclare Montalban. —Je ne vous savez pas aussi superficiel ! —L’essentiel c’est ce qui se cache derrière les livres et peut-être y-a-t-il le peuple ? —Les livres sont l’emballage et le... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 septembre 2017

Borges face à Montalban : pourquoi Borges ?

Pour ce dialogue imaginaire en date de l’an 2000, les deux hommes ont accepté de s’asseoir face à face autour d’une table nommée ironie. Ils ne sont absolument pas de la même génération l’un étant né en 1889 et l’autre cinquante ans après en 1939. —Tous les deux, nous sommes la nuit et le jour, déclare Montalban. —Oui, surtout depuis que je suis devenu aveugle. —Avant cette date vous rejetiez déjà la France. —Au nom de ma passion, Génève, une ville quelque peu française ! —Sauf que la critique française vous a mis en pleine... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 septembre 2017

Le retour de Pepe Carvalho ?

  En 2008 Carlos Zanón devrait ramener Pepe Carvalho en librairie. Comment ? Avec Milenio le pauvre Pepe s'est retrouvé en prison en 2004, là où son "frère" (d'autres disent son père) a été obligé de le laisser suite à une mort subite et subit à Bangkok. Et à qui doit-il cet infâme destin ? Souvenez-vous, il ne s'agit pas cette fois de la police franquiste mais… des services catalanistes ! Il m'est arrivé par jeu d'imaginer une évasion de Pepe grâce à sa fille avec une fuite aux USA puis au... [Lire la suite]
Posté par Livre social à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :