Mon propos va-t-il en choquer quelques-uns ?

La majorité de l’intercommunalité veut augmenter de 1,9% la taxe foncière. Le maire de Moissac dit NON. Il est suivi par les élus minoritaires de Moissac comme les élus minoritaires de Castelsarrasin !

La piscine un « investissement abyssal » indique le journaliste de La Dépêche. Caussade a sa piscine depuis très longtemps mais pas Castel-Moissac ! La question n’est pas celle de l’augmentation mais celle de l’usage de l’augmentation, or pour une piscine c’est une juste augmentation, d’autant que la part de la taxe foncière de l’interco est minime par rapport à la part communale, et l’interco Castel-Moissac a toujours eu des taux très bas (seul un adjoint de Moissac avait autrefois obtenu 7% d'augmentaiton). Et le point de vue de la représentante de la gauche de Moissac m'étonne : comment peut-elle être plus soucieuse de défendre les entreprises, à la création d’un service public indispensable depuis longtemps ? je n’y vois qu’une explication : ne pas voter avec le maire de Castelsarrasin ! Il y avait la possibilité de voter blanc car depuis vingt ans le projet de piscine a été toujours repoussé... par refus de le financer !

Mais voilà que l’occasion est enfin trouvé d’unir «gauche» et « extrême-droite » contre le maire de Castelsarrasin avec l’appui de quelques maires ruraux très éloignés de Castel-Moissac qui peuvent avoir une vue différente.

Et le journaliste de La Dépêche de donner largement le compte-rendu des propos du maire de Moissac (ce qui a fait la joie de Romain Lopez relayant l’article sur son facebook) mais jamais les propos du maire de Castelsarrasin !  Non et non, une piscine pour une interco comme Castel-Moissac ce n’est pas un « investissement abyssal » ! Et j’ajoute en direction de ceux qui s’inquiétaient du fait que Romain Lopez ait pu être vice-président de l’interco : la question n’est pas que le vote des Moissagais en ait fait un vice-président d’office, mais la question est de savoir si on se plie ou pas aux ordres de Romain Lopez. Un bravo à la majorité (39 contre 22) qui n'a pas cédé à une politique du FN-RN ! J-P Damaggio

article La Dépêche : Terres_de_Confluences