Castan Epopée

Passant au peigne fin mes archives castaniennes je mets la main sur cette petite brochure qui, comme vous allez le lire, suscite en moi plusieurs surprises.

1 ) Publiée à l'occasion du XXII ème Festival d'Occitanie donc en 1979 au moment où le thème était "interpeller sa ville" c'est ma première acquisition d'un livre de Castan. J'étais jeune et ignorant.

2 ) J'y redécouvre André Serres qui a réalisé une photo montagne où Léon Cladel est encastré dans le beffroi de Bruniquel et il donne la magnifique dédicace que l'écrivain a écrite "au Quercy". Dès le début, par cette volonté de proposer une publication pluraliste, Félix Castan remet en cause sa propre théorie sur le droit à la ville. Cladel ne se réclame pas d'une ville mais du Quercy comme il ne se réclame pas de la France mais de la Gaule. Passage de l'ancienne France rurale où on était du Quercy à la France de 1979 où l'urbanisation a mis au premier plan les villes ? Je ne suis pas sûr.

2 ) J'y retrouve Lucien Andrieu, l'homme de Bruniquel mais pas du village, plutôt du hameau de Saint-Maffre (il faudrait que je vérifie mieux). Toujours est-il Andrieu à qui le jeune Castan a consacré sa première conférence est sorti des radars sauf à la villa des peintres à Montricoux. La couverture de la brochure "l'homme de lettres" est amusante.

3 ) Les dessins de Marcelle Dulaut sont des chef d'œuvres magnifiques. On découvre son autoportrait, et ceux de Félix, Jean Malrieu et Pierre Alouy qui reste un inconnu pour moi. Celui de Félix se trouve dans le livre que la MC Larrazet a consacré à Castan mais sans préciser cette publication.

4 ) L'épilogue est de Simon Brest que j'ai croisé une seule fois dans un stage du GFEN à Toulouse mais qui m'a laissé un souvenir impérissable. Un poète de Rabastens qu'il aurait fallu que je côtoie davantage.

5 ) Et enfin cerise sur le gâteau, ce livre imprimé en 1979 l'est par l'imprimerie Messages, 111 rue nicolas vauquelin à Toulouse, une référence qui depuis longtemps se retrouve…. sur les livres édités par La Brochure. J-P Damaggio