La Dépêche soutient fortement la liste Bénech d’où la publication d’échos des réunions de quartier et à celle de Bénis grâce à une présence le sujet de la LGV n’a pas pu être oublié. Il ne concerne pas que le quartier de bénis mais tout le secteur et les réponses sont aussi ridicules que d’habitude. La LGV est faite pour qu’on regarde passer les trains avec les nuisances qui s’en suivent pour les riverains.

Les gains économiques c’est pour le quartier de la gare Matabiau à Toulouse et à la limite le secteur de Montauban où 600 hectares sont réservées autour de l’éventuelle gare de Bressols !

Le cas de Montech ? Pourquoi l’échangeur ferait-il mieux que celui de Castel sauf, j’y insiste pour la ZAD prévue sur Bressols-Montauban ??

Pourquoi toujours cette manie de se comparer à Moissac où tout est pire ?

Et surtout, surtout, comment contourner la question du financement ? Comment ne pas comprendre que les MILLIARDS investis seraient mieux pour l’aménagement des communes ? Soyons clairs : on peut être pour la LGV, c'est-à-dire pour le déménagement du territoire, pour le culture de la vitesse mais il faut le dire ainsi et non pas raconter des salades. Baylet est pour la LGV, Baylet soutient Bénech, Bénech est pour la LGV ! Il reste à voir ce que pensent les autres candidats. A suivre. JPD

 La Dépêche 24 janvier 2020

« Et la LGV ? » prend la parole une habitante de Rivière-Basse. «J’y suis favorable » assure le candidat. «Moi pas du tout !» lui lâche du tac au tac cette dernière. « Je suis transparent avec vous. On a un taux de chômage de 18 à 19 % à Castel, on est en train de rattraper Moissac à 20 %, je ne veux pas que les Castelsarrasinois soient lésés. » Le sujet sensible sur le quartier, on le sait, ravive la parole d'Alain Blanchet : « En quoi la LGV va apporter quelque chose à Castel ?». «Pour attirer des porteurs de projets, des chefs d'entreprise à Castel, il faut des infrastructures. Il faut voir plus loin que le quartier de notre commune», explique le candidat livrant une analyse complète des perspectives du développement économique du secteur. «Le site de l'Eurocentre (à Saint-Jory) n'a plus de parcelles disponibles, celui de Montbartier va vite être saturé, mais entre eux et nous, il y a Montech qui œuvre pour avoir une sortie sur l'A62 et qui a des parcelles. Si on ne prend pas le train en marche, on va le regarder passer. »

Max Lagarrigue