belles-oeurs2-g

Voici l’extrait d’un livre que j’achève enfin, où un des personnages qui aime le Québec raconte une journée à Montréal en 1968. Par curiosité j'ai tapé sur mon moteur de recherche 28 août 1968 Montréal et j'ai retrouvé l'événement évoqué ! Revoir cette pièce de théâtre c'est possible ! J'ajoute que le 28 août est une date historique à plusieurs reprises comme en 1963 avec Martin Luther King et son célèbre rêve. JPD

 

"Pour rester dans le ton des dates de ce livre, je prends une aventure qui commence le 28 août 1968 en provoquant sur scène l’affrontement des Belles sœurs de Michel Tremblay dans un théâtre dirigé par Yvette Brin D’Amour et Mercedes Palomino. Rita Lafontaine y commence sa vie d’actrice professionnelle avec André Brassard comme metteur en scène. Nous sommes dans la rue Gilford se croisant avec Saint Denis. Pour preuve qu’il s’agit d’un conte sachez que Rita a joué en amateur Contes pour buveurs attardés. Les personnes que je viens de citer, déjà unis par une immense amitié, veulent vivre l’amour du théâtre ! En ce 28 août naît cet amour-là. La perte de sa mère en 1963 a incité Michel Tremblay à se rêver auteur dramatique avec un texte à tuer les règles sans art : Les Belles sœurs. André Brassard s’est posé la question : doit-on s’empêcher certaines choses pour ne pas décevoir les gens que l’on aime ? Si oui, c’est alors une conception fuckée de l’amour ! Si la personne t’aime, elle va aussi aimer que tu la déranges par une nouvelle coupe de cheveux et encore plus par un beau texte de théâtre !

Pourquoi dealer avec les parents pour ensuite succomber sous leur chantage émotif ? Contons nos vies suivant leur rythme propre, leur rythme intérieur qui nous porte et nous emporte ! Comprenons vite que ce rythme ne se contrôle pas tout à fait, qu’il s’entend par la manière de parler, qu’il se voit par la manière de marcher et que rien ne le fera changer. Et Rita, retenue pour la pièce n’en pense pas moins : elle sait qu’André n’a pas eu vraiment de mère et que Michel a eu tout le poids d’une mère. Elles sont quatorze belles sœurs à jeter sur une table en formica les drames articulés de cet amour croisé : par l’amour du théâtre, ils règlent des comptes avec la mère. Et l’amitié a décidé d’unir pour toujours Rita, Michel et André. Alors le public s’est mis à applaudir sans fin. Le 28 août 1968."