le grand débat

Hier matin, en faisant la queue à la boucherie j’ai lu Le Canard enchaîné et j’y ai trouvé le dessin ci-contre. Je ne lis qu’occasionnellement cet hebdomadaire que j’admire pour sa persévérance rendue possible par ses abonnés et ses lecteurs. Je veux parler de ce choix permanent du noir et blanc, du même format, de la même pagination, des mêmes rubriques, de l'absence de pub et loin de l’univers numérique. Le Canard enchaîné ne soutient personne en particulier et pas plus les gilets jaunes que le reste mais il me semble la preuve de l’existence des gilets jaunes. Il témoigne de la même France.

Le hasard a voulu que le soir même je participe à une réunion qui a confirmé le dessin.

Une cinquantaine de gilets jaunes autour d’un feu réunis pour discuter, organiser, réfléchir. Les propositions sont parties dans tous les sens et le courageux organisateur qui avait lancé le rendez-vous n’a pu que constater l’envie de chacun de discuter en petits groupes.

A côté de moi, au mot kérosène qui n’est pas taxé, un retraité sort son téléphone portable et me montre une application où il est possible de suivre en direct les vols de tous les avions sur la terre ! Là où les couloirs sont plus remplis, là où on contraire ils sont rares. On peut cliquer sur un avion et on sait aussitôt de quel type d’avion il s’agit, d’où il vient et où il va. Peut-être que bientôt on saura le nombre de voyageurs…

Moi qui n’ai pas de téléphone portable je suis un peu ébahi. Et l’homme me dit : c’est pareil pour les bateaux, qui, moins que les avions, se soucient de la nuit et du jour. Oui les avions ont des heures où ils ne peuvent atterrir. Ainsi va la vie.

Dans d’autres groupes, il est question de la venue de Macron à Souillac, de la prochaine manif ici ou là.

J’imagine le représentant des renseignements généraux qui, j’en suis sûr, était parmi les cinquante présents, faisant d’une phrase son compte-rendu au supérieur : ils ne sont d’accord sur rien mais ils sont encore tous ensemble !. Jean-Paul Damaggio

P.S. Sur le dessin je ne m'étonne pas que ce soit l'homme qui parle à la place de la femme, le Canard c'est aussi un peu ça... Mais qui sait, après la gilets jaunes peut-être va-t-il admettre une mutation et devenir La Canne enchaînée.