golfech 4 décembre

Une importante réunion vient d’avoir lieu où l’ASN a fait le bilan de la situation à Golfech. France 3 propose un compte-rendu que vous pouvez lirez ci-dessous.

La Dépêche à ma connaissance n’a pas encore évoqué la dite réunion mais j’ai repris des articles précédents où l’objectif est en permanence rassurant. Or pour la première fois l’ASN pointe publiquement des dysfonctionnements connus. N’est-il pas temps d’en savoir plus ? J-P Damaggio

France 3 

L'alarmant constat de l'Agence de la sûreté nucléaire sur la gestion de la centrale de Golfech

L'agence de sûreté nucléaire a rendu publique les conclusions de sa visite approfondie d'octobre dernier de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne). L'ASN pointe du doigt la gestion défaillante des installations par EDF suite à la multiplication d'incidents ces derniers mois.

Par Sylvain Duchampt avec Cécile Bonté, Publié le 05/12/2019 à 16:49

Des lacunes en salle de commande. Un manque de rigueur sur les activités. Des conditions de surveillance déficientes. Une mauvaise application des fiches d’alarme. Une propreté radiologique mal évaluée. Une méthodologie de contrôle à revoir.

La liste des problèmes déterminés par l'agence de sûreté nucléaire (ASN) après sa visite approfondie d'octobre 2019 à la Centrale de Golfech, la première visite d'envergure depuis la mise en service de l'installation, est longue, sévère mais surtout inquiétante...

"Les habitants de notre territoire perdent peu à peu confiance, assène le Commission locale d'information de Golfech dans un courrier adressé à la direction de la centrale. Des rumeurs de mise sous tutelle du site circulent et bien sûr le CNPE est soupçonné de cacher des choses donc de ne pas dire toute la vérité. Golfech qui était dans le top 3 des centrales dans les années 2000, perd peu à peu pied et se retrouve aujourd'hui en queue de peloton."

De la nourriture et des boissons sur le pupitre de commande

Car depuis 6 ans, les incidents se multiplient en raison, selon les inspecteurs, des "manques de rigueur en exploitation " à tous les niveaux. "Ils ont constaté qu'en salle de commande des salariés mangeaient et buvaient au-dessus du pupitre de commande" rapporte la CLI pour qui ce genre de comportement est "inacceptable".

Un réacteur de la centrale nucléaire de Golfech à l'arrêt après une fuite

Plus grave, pour la commission locale : "des intervenants n'auraient pas une connaissance suffisante de l'impact de leur geste professionnel sur la sureté des installations. Ce constat traduit une carence de culture de sureté et donc un manque de qualification et de formation."

Le problème des effectifs et de la sous-traitance

Au cours de son exposé, l'Agence de sûreté nucléaire a souligné l’état de dégradation de l’exploitation de la centrale. La moitié de ces incidents, 4 en 2018, sont dus à une erreur humaine. L'autorité administrative pointe également le manque d’expérience de certains agents.

En 5 ans, un tiers du personnel a été renouvelé à la centrale de Golfech. EDF fait de plus en plus appel à la sous-traitance. Il existe des doutes quant au vieillissement des installations.

 La Dépêche

Golfech incident décembre 2019

La Dépêche : Publié le 02/12/2019 à 12:26 ,

Seulement quatre jours après sa remise en fonctionnement, le second réacteur de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) a été mis à l'arrêt, ce lundi matin. Une fuite vapeur constatée sur une tuyauterie située en salle des machines, a obligé à ce nouvel arrêt inopiné. (l’article n’est accessible qu’aux abonnés).

 La parole au directeur après un incident

Publié le 16/10/2019 à 14:24 , mis à jour à 18:52

Directeur de la centrale nucléaire de Golfech depuis quatre ans, Nicolas Brouzeng a répondu à nos questions, liées notamment aux derniers incidents. Et aux leçons à en tirer...

L’heure n’est pas au repos à la centrale de Golfech. En pleine inspection de revue, terme désigné pour la visite capitale de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur le site cette semaine, Nicolas Brouzeng ne se dérobe pas. Il a répondu, mardi soir, à toutes nos questions.

 Est-ce que le dernier incident en date, la semaine dernière (perte du niveau d’eau – oubli de fermeture d’une vanne) est une première sur le site ?

Je vais vous répondre. Mais auparavant, je souhaite préciser le contexte dans lequel nous sommes. En interne, nous avons bien identifié une érosion de nos performances de sûreté. Nous avons donc établi un plan d’action pour restaurer les performances et améliorer nos démarches de qualité. Les incidents que vous évoquez, il y en a toujours eu mais nous avons décidé...

 (article seulement pour les abonnés)

 

La Dépêche article plus ancien

Publié le 30/11/2018

La commission locale d'information (CLI) auprès de la centrale nucléaire de Golfech a tenu son assemblée générale tout récemment à Saint-Nicolas-de-la-Grave. La CLI est chargée d'une mission générale d'information, de suivi et de concertation en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d'impact des activités nucléaires sur les personnes et sur l'environnement.

Depuis juillet 2018, le plan particulier d'intervention (PPI) autour de Golfech concerne 106 communes sur trois départements. Lors de cette assemblée générale, il était important d'expliquer et d'informer la population sur cette extension du PPI qui concerne maintenant 150 000 personnes. Le président de la CLI Mathieu Albugues a ouvert l'assemblée en demandant à Gilberte Dirat adjointe au maire d'accueillir les participants. Marie-José Mauriège, vice-présidente du conseil départemental a commenté l'extension de la zone. La réunion a été officiellement lancée et a permis de décliner toutes les fonctions et les missions de la CLI devant plus d'une quarantaine de maires ou de leurs représentants. Le directeur de la centrale nucléaire de Golfech Nicolas Brouzeng, était présent avec ses proches collaborateurs ainsi que Christiane Lecorre première adjointe de Valence-d'Agen, conseillère départementale et membre du conseil d'administration de la CLI.

Une présentation sur la gestion des déchets nucléaires a été faite par Élisabeth Salat de l'IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) pour expliquer les mesures mises en place pour encadrer la gestion des déchets. Michèle Tallec d'ANDRA (agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) chargée de mission à la direction sûreté environnement et stratégie filières, a apporté des précisions sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactif qui encadre les actions. Bertrand Frémaux de l'ASN (autorité de sûreté nucléaire) a complété ces explications techniques qui assurent la sécurité des populations actuelles et futures lors du stockage des déchets qui doivent rester sécurisés pour des millénaires et plus dans le cas de certains rejets. Les bilans moral et financier du CLI ont été approuvés à l'unanimité.

Le débat public géré par notre confrère Rémi Constant a été ouvert et des questions sur les risques posés. C'est le directeur du site, Nicolas Brouzeng et les spécialistes qui ont apporté leurs réponses qui n'ont pas satisfait les opposants au nucléaire présents. Le débat reste donc ouvert. La réunion s'est terminée tardivement. Le président conclu que la CLI reste mobilisée et attentive sur tous les sujets évoqués.

A noter : une exposition itinérante ASN / IRSN : « La Radioactivité c'est quoi ? » de 27 panneaux est à disposition des communes et les maires des nouvelles communes intégrées vont avoir le soutien de la préfecture pour mettre en place le PPI sur leur territoire.