Mon travail sur Marcel Maurières m'incite à révisiter un travail que nous avions fait ensemble et, j'ai observé que dans le livre publié, le PCF du 82 dans la Résistance, il n'y avait rien sur Moissac. Je me souviens d'une visite à Moissac avec M. Demeurs pour rencontrer un personnage hors du commuin, M. Steiner mais rien sur le PCF dans la ville avant 1939. J'en avais déduit qu'il n'y avait pas de communistes dans la ville, d'autant que pour les législatives de 1936, c'est un Montalbanais qui a été candidat, Raymond Matayron. Or un document déjà souvent cité sur ce blog, évoque les communistes les plus dangeureux. Le commissaire de police n'est pas tendre mais il donne des éléments utiles.

J-P D.

Archives départementales du 82 4 M 622

Commune de Moissac

Liste des éléments français affiliés au parti communiste susceptibles d’être rassemblés dans un camp de concentration

 Georges Roques né le 17-2-1905 à Moissac de Pierre Fernand et de Bonnefous Marie Louise, célibataire, groupeur d’expéditions, demeurant à Moissac, chemin du Milieu, maison Cirou, chez son oncle, secrétaire de la cellule communiste de Moissac.

 Busquet Gaston, Antoine né le 3 novembre 1896 à Moissac de Jean Daniel et de Jacques Anne, marchand de chiffons, marié, 5 enfants demeurant à Moissac rue Lagrèze Fossat, membre de la cellule communiste de Moissac, sans scrupules, partisan de l’action directe – N’a jamais rien fait pour élever ses enfants.

 Loubatières André, Adrien, né le 24 mai 1902 à Moissac, de père non dénommé et de Loubatières Madeleine, marié, 3 enfants, domicilié à Moissac, quartier Malengame, ouvrier briquetier, trésorier de la cellule de Moissac, fomenteur de nombreuses grèves, animateur actif.

 Sanchez François né le 14-12-1899 à Tetortilo de Sébastien et de Gimenez Manuella, de nationalité espagnole, marié à une française, un enfant demeurant à Moissac rue des Gris, manœuvre Individu sans scrupules, déjà condamné pour vol, intempérant et dépensier. Membre du parti communiste

 Cette liste est complétée d’une autre qui présente les trois personnes susceptibles d’être perquisitionnées à leur domicile.

On y retrouve Georges Roques et Loubatières André avec en plus Dupuy Yves, débitant de boissons, avenue Queyron à Moissac, actuellement mobilisé, débit tenu par sa femme, siège du parti communiste.