article

J’avais raté cet article du 30 décembre et peut-être ne devrais-je pas le relayer. Sauf que c’est un chef d’œuvre ! Qui a déjà lu sur La Dépêche, deux colonnes sur une liste qui n’existe pas encore, et par un journaliste ?

Un chef d’œuvre car tout ce qui est dit est vrai donc c’est seulement la façon d’écrire qui compte. L’objectif : faire en sorte de diviser les éventuels acteurs du projet pour qu’il tombe à l’eau. Pourquoi cette rage ? Toujours la même obsession : battre Béziers ! Donc il faut trois listes : Bénech, Angles, Béziers et point à la ligne.

1° ) « Un groupe disparate » : par définition une liste municipale est disparate et celle de Bénech soutenue par Baylet l’est sans doute tout autant que celles de Béziers ou Angles.

2° ) Des ex-opposants s’unissent ? Comme si des élections cantonales ne poussaient pas des candidats à se retrouver aux municipales ? A Montauban, la liste où il y a des membres du PRG comprend des communistes, des socialistes, des écolos candidats opposés aux cantonales ! Et quand Baylet s’allie avec Barèges au Conseil départemental…

3° ) L’utilisation des dissensions au sein du PCF 82 : parce qu’en effet le PRG sait depuis toujours utiliser la carte montalbanaise pour contrôler le PCF ! (voir mon livre sur J-M Baylet). Le principe est simple : si vous n’écoutez pas le PRG alors La Dépêche va vous bannir de ses colonnes !

4° Et enfin la vérité est établie : « A qui profiteront les quelques centaines de voix glanées par cette nouvelle liste ? » Peu importe les idées et propositions à défendre, l’essentiel c’est de ne pas faire de l’ombre à la liste Bénech !

Conclusion : Parfois pour lutter contre un adversaire il faut l’effacer des colonnes du journal, mais parfois il mérite les honneurs de quelques lignes !

Le résultat est le même : effet contre-productif ! Des personnes qui ne pensaient être sur la liste, y réfléchissent ! Mais les électrices et les électeurs trancheront. Donc à suivre. J-P Damaggio