De mon côté j'ai présenté le livre ICI.

A présent une note de lecture de Roland Garrigues. JPD

  

Notes de lectures du Réveil avril 2015

Itinéraires d'un enfant de la République (éditions Cairn), tel est le livre que viennent d'écrire à deux mains ou plutôt à deux voix Jean Paul Nunzi et Dominique Porté, complices depuis les temps lointains et heureux du PSU

Quand on a été maire de Moissac pendant 31 ans et que l'on a propulsé vers le 21 ème siècle une cité au patrimoine impressionnant mais que le chemin de fer a mutilé, une cité qui ronronnait entre les douces collines du Quercy et le Tarn, il y a forcément des choses à dire. D'autant plus que ce premier magistrat a mené nombre de combats politiques et exercé pratiquement tous les mandats électifs : adjoint au maire, maire, conseiller général, conseiller régional, député. Cet ouvrage témoignage est donc captivant et comme c'est mon cas, on le lit d'une seule traite.

Les rares, qui ne connaîtraient pas l'auteur, découvriront son parcours depuis l'enfance agenaise jusqu'à son dernier combat aux municipales de 2014. Une vie consacrée à la chose publique après une formation à l'Ecole normale de Montauban et à la faculté, une vie de militant dont la vocation est née après 1968, une vie tournée vers les autres. Le PSU de Rocard, le PS, faut-il dire de Mitterrand ?, et puis un certain désenchantement face aux conduites de certains responsables politiques, enfin, un dialogue avec des partenaires et La Dépêche qui s'est parfois transformé en pugilat et des méthodes écœurantes dont il a eu à souffrir.

Pour en savoir davantage il faut lire le livre ; on y découvrira tout ce qui a été fait pour Moissac, Ville d'art et d'histoire classée au patrimoine de l'UNESCO, capitale des fruits.

Bien questionné par Dominique Porté, Jean-Paul Nunzi se livre dans sa sincérité d'homme de gauche à l'honnêteté irréprochable, mais aussi homme de culture et d'action.

Si l'on dit que l'ouvrage est préfacé par Michel Roccard et Gilles Savary, et postfacé par Alain Bénéteau, cela ramènera à l'époque où l'on voulait changer la vie ! Attention, reconstitution d'une ligue dissoute ! Ne manquent à l'appel et c'est dommage, que Marcel Thourel et Jean Bourgarel, ceux avec qui Jean-Paul Nunzi avait voulu partir à l'assaut de la fédération socialiste de Tarn et Garonne lors du fameux congrès de Metz [1979]. Mais, ça c'était avant.

Roland Garrigues.